Boris ( Cédric Kahn) et Dimitri Pizarnik ( Laurent Stocker) sont médecins dans le quartier chinois à Paris. Ils sont frères et c’est ensemble qu’ils pratiquent leur métier, consacrant tout leur temps à leurs patients. Une nuit, ils sont amenés à soigner une petite fille diabétique que sa mère, Judith (Louise Bourgoin), élève seule en travaillant comme barmaid dans un bar de nuit. Ils tombent tous deux amoureux de Judith. Leur amour fraternel résistera-t-il à l'amour tout court ?


Passée à la réalisation en 2009 avec La Famille Wolberg ( déjà une histoire de famille), Axelle Ropert, ex critique de cinema aux Inrockuptibles, récidive avec cette comédie sentimentale empreinte de gravité, toute entière circonscrite dans le paysage du 13e arrondissement parisien, qu'elle connait bien pour y être née et y habiter encore.
Filmé le plus souvent de nuit et en camera cachée, le quartier chinois de la capitale est le quatrième personnage de cette histoire toute simple d'amour fraternel fusionnel mis à mal par le désir et la jalousie, que la réalisatrice prend tout son temps à développer sans pour autant ennuyer. Le couple formé par les deux frères, adeptes d'une médecine sociale ( Cedric Kahn et Laurent Stocker, tous les deux excellents), est assez atypique pour soutenir la curiosité, alors que le personnage de Louise Bourgoin (très nature, mais juste) porte aussi sa part de mystère et d'incertitude. Sur le fil du rasoir (ou du bistouri), le film déploie son charme dans une épure qui n'exclut pas un certain esthétisme, jusqu'à un final inattendu sur la promenade des Anglais, à Nice. Coup de coeur de la semaine.