Le mythe de la tour la plus haute du monde a la vie dure. Chaque année, au Mipim de Cannes, sont présentés les projets les plus fous. Ceux de la tour « Signal » à la Défense, dévoilés en grandes pompes lors de la dernière édition et avoisinant tout de même les 300 mètres (1), paraissent lilliputiens à côté de ceux annoncés par les monarchies du Golfe, qui se livrent désormais une concurrence féroce pour le titre du plus haut bâtiment jamais construit par l'Homme.
Pour l'heure, c'est l'émirat de Dubaï qui détient toujours le record avec la « Burj Dubaï Tower ». Conçue par l'architecte américain Adrian Smith, la tour en cours de construction a déjà dépassé les 600 mètres de haut.

Cent de plus que la « Taipei 101 » Tour 101 , qui était jusqu'à l'an dernier la tour la plus haute du monde avec ses 512 mètres ! Nul ne sait encore précisément jusqu'à quelle hauteur montera la « Burj Dubaï », qui continue inexorablement de s'élever au rythme d'un étage tous les trois jours. Une armée de 6 000 ouvriers travaille 22 heures par jour sur le chantier, qui doit s'achever fin 2008.


Le groupe dubaiote Emaar Properties, qui a investi un milliard de dollars dans ce projet et dix autres pour bâtir le quartier alentour, a seulement annoncé que la tour dépasserait les 700 mètres. Plus de 160 étages de bureaux et d'habitations (20 000 appartements !), avec, au pied de la tour, le « Dubai Mall », un centre commercial trois fois plus grand que l'actuel « Mall of the Emirates » (450 boutiques). Et, sur 16 étages, un hôtel résidences de 900 suites et appartement désigné par Giorgio Armani...
Le groupe rival, Nakheel, concepteur des fameuses « Palmes » et de « The World », ces archipels artificiels dont la construction s'achève le long des côtes de l'émirat, a bien entendu déjà annoncé vouloir bâtir une tour encore plus haute, la « Al Burj ». Hauteur non communiquée.
Dopées par les revenus colossaux du pétrole, les autres monarchies pétrolières rêvent, elles aussi, de tours toujours plus hautes. Le Koweït s'est mis sur les rangs pour être le premier à dépasser le kilomètre de haut avec une tour de 1 001 mètres au centre de sa « Cité de la Soie ». Un projet de 77 milliards de dollars, destiné à créer une zone de libre-échange près de la frontière irakienne.
Mais c'est d'Arabie Saoudite qu'émane le projet le plus fabuleux. Une « Mile-High Tower » de 1 609 mètres (!), pour laquelle le prince Al-Walid serait prêt à lancer l'appel d'offres.
Le ciel n'est même plus la limite.