Jack (Mark Duplass) est encore sous le coup de la disparition récente de son frère. Alors pourquoi ne pas accepter l'invitation d'Iris (Emily Blunt), sa meilleure amie, dans son chalet familial afin de passer une semaine seul à méditer sur sa vie ? Mais à son arrivée, Jack trouve la maison déjà occupée par Hannah (Rosemarie DeWitt), la soeur d'Iris, venue y soigner une blessure amoureuse. Après une soirée très arrosée suivie de l'arrivée inopinée d'Iris elle-même, le trio va aller de situations délicates en révélations inattendues...

Réalisatrice chérie des festivals de cinéma indépendant (Sundance et Deauville pour les plus importants), Lynn Shelton avait déjà attiré l’attention avec son film précédent, Humpday, dont Yvan Attal a fait un remake peu inspiré (Do Not Disturb, en version française). Elle revient avec une nouvelle comédie dramatique tournée selon les mêmes principes d’improvisation autour d’une idée saugrenue, mais dans l’air du temps. Dans Humpday, deux copains hétéros faisaient le pari de tourner un porno gay . Ici, une lesbienne s’arrange pour se faire engrosser « à l’insu de son plein gré » par le meilleur ami de sa sœur, qui évidemment en est secrètement amoureuse. S’ensuivent des scènes essentiellement composées de dialogues plus ou moins acides/droles/pertinents/philosophiques (rayer les mentions inutiles), sur l’amour, la vie, le couple, etc… Bien servi par trois acteurs très investis (ils ont participé à l’écriture et improvisé 70% des scènes) et tourné avec un peu plus de moyens que son prédécesseur, Ma Meilleure amie ma sœur et moi est aussi plus facilement aimable. Il devrait ravir les amateurs de comédies romantiques intellos « à la Woody Allen ».