Le déploiement de la 4 G , quatrième génération de téléphonie mobile, fait actuellement l'objet d'une grande bataille de communication entre les opérateurs pour inciter leurs abonnés à passer à la 4 G et en attirer de nouveaux. SFR a ouvert sa première ville (Lyon) en novembre 2012, Orange affirme avoir la plus large couverture actuelle (une quinzaine d'agglomérations) et Bouygues a obtenu l'autorisation d'utiliser ses anciennes fréquences 2 G, ce qui devrait lui permettre de déployer sa 4 G rapidement et à moindres frais. Seul pour l'instant Free reste au bord du chemin, dans l'attente d'un éventuel accord d'itinérance avec l'un ou l'autre des autres opérateurs.
Avec des débits annoncés de 100 mega, la 4 G promet des téléchargements éclairs (une minute pour un film, quelques secondes pour la musique) et une navigation internet grandement améliorée en mobilité. L'usage des smartphones et surtout des phablets, ces appareils hybrides , mi smartphones mi tablettes, devrait s'en trouver sinon révolutionné, du moins optimisé. Et ce, à des tarifs proches des abonnements moyenne gamme actuels (1) Dés lors, pourquoi ne pas céder aux sirènes des opérateurs et passer tout de suite à la 4 G ? Réponse: parce qu'on ne peut pas !

Retard inexpliqué

Alors que la Cote d'azur a toujours été en pointe pour le déploiement de la téléphonie mobile, elle accuse un retard inexpliqué pour la 4 G. En cette fin du mois d'avril, aucune date d'ouverture n'est encore annoncée pour les Alpes Maritimes et le Var, alors que Marseille et Montpellier, par exemple, sont déjà couvertes ( de même que Pau et Clermont Ferrand). Vous avez dit bizarre? Pressés de questions, les trois opérateurs se retranchent derrière le secret commercial et ne proposent aucune explication crédible. Tout juste admettent-ils, du bout des lèvres, certains problèmes techniques dans l'adaptation des relais (qui sont particulièrement nombreux dans notre région et doivent tous être modernisés pour assurer la bascule entre 3 G et 4 G) et des incompatibilités de fréquence résiduelles, à Nice, avec les installation radio de l'aéroport. Seul SFR semble être en mesure de promettre une annonce de date d'ouverture "cet été". Il faudra donc probablement attendre la fin de l'année 2013, voire le premier trimestre 2014 pour que les principales agglomérations du Var et des Alpes Maritimes soient enfin couvertes en 4 G.
Les possesseurs d'iPhones et d'iPads s'en consoleront facilement, puisque les appareils Apple ne sont pas compatibles (sauf peut-être sur le réseau Bouygues) et que les nouveaux modèles arriveront en même temps que la 4 G. Les autres, par contre, ont de quoi être déçus et doivent ronger leur frein. Une douzaine de modèles de smartphones, de phablets et de tablettes 4 G compatibles sont en effet déjà disponibles en magasins, dont les derniers Samsung, Sony et Blackberry. Mais il faut aller à Marseille pour les voir tourner à plein régime.