Steve Butler (Matt Damon), représentant d’un grand groupe énergétique spécialisé dans l'extraction de gaz de schiste, se rend avec son assistante Sue Thomason (France McDormand) dans une petite ville de campagne de Pennsylvanie. Les deux collègues sont convaincus qu’à cause de la crise économique qui sévit, les habitants ne pourront pas refuser leur lucrative proposition de forer leurs terres pour exploiter les ressources énergétiques qu’elles renferment, malgré les dangers écologiques que cela comporte. Ce qui s’annonçait comme un jeu d’enfant va se compliquer sérieusement lorsqu’un enseignant (Hal Hollbrook) s'oppose au projet, soutenu par un activiste écologiste (Titus Welliver) qui affronte Steve aussi bien sur le plan professionnel que personnel…

Acteur engagé, Matt Damon cosigne ce scénario qu’il avait envisagé de réaliser lui-même avant de le confier à Gus Van Sant. L’auteur d’Elephant (Palme d’or 2003) a accepté , probablement autant par amitié pour Matt Damon (avec lequel il a tourné Gerry et surtout Will Hunting, qui reste l’un de ses plus grands succès à ce jour) que parce qu’il partage ses convictions écologistes. La polémique sur les conditions d’extraction (par fracturation hydraulique) du gaz de schiste aux Etats Unis et en Europe, fournit au film sa trame et lui donne une actualité certaine. Dans une veine sociale assez classique, plus proche de Will Hunting que de ses derniers films (Paranoid Park, Restless), Gus Van Sant alterne les scènes presque documentaires, sur la façon dont les groupes énergétiques démarchent les populations des zones d’extraction pour les convaincre de les laisser forer, avec de beaux portraits d’hommes et de femmes engagés dans des dilemmes moraux et sociaux difficiles à gérer. L’intrigue sentimentale entre les trois principaux protagonistes et le twist final sont certes cousus de fil blanc, mais ils permettent d’alléger un peu la charge militante. Pas un grand Gus Van Sant, mais du bon cinéma quand même.