Roni (Kad Merad), jovial commerçant qui a fait fortune dans la bijouterie, marie sa fille à grands frais.Mais, comme s’il n’avait pas assez à faire, il doit aussi gérer le rapatriement et l’enterrement de la femme de son frère Zef (Eric Elmosnino), qui s’est fait renverser par une voiture à New York. Les deux événements se télescopent et aggravent les conflits entre les deux frères que tout oppose : Roni est aussi bon vivant que Zef est ascétique et pieu...

La famille, c’est compliqué… Mais il n’y a que ça de vrai! Spécialiste du genre depuis La Bûche, Daniele Thompson trousse sur le sujet une nouvelle comédie chorale au casting étincelant. Un peu trop peut-être?Il semble que, cette fois, la fille de Gérard Oury ait pêché par gourmandise.
À force de multiplier les personnages, les situations et les lieux de tournage (Londres, Paris, Saint-Tropez, New York…), la réalisatrice finit par perdre un peu le fil et le rythme de son histoire, qui, après un bon début, finit par se traîner jusqu’à un final purement vaudevillesque.
C’est dommage, car l’idée de départ était excellente (télescopage d’une cérémonie de mariage et d’un enterrement) et les comédiens ne déméritent pas.Mention spéciale à l’improbable couple formé par Kad Merad et Monica Bellucci et aux deux jeunes actrices Lou De Laage et Clara Ponsot qui apportent, à l’affaire, la fraîcheur qui finit par lui manquer à force d’en rajouter des louches. Qui trop embrasse…