Le texte ci-dessous constitue une traduction condensée de l'article de "Libera Folio", déjà reproduit par Mike 59 dans son blog. Esperantistoj nepre multe komentu ĉe Mike!!!

___________________________________________________________________

C'est l'association E@l (Lernu.net, komputeko.net et "esperanto elektronike") qui a créé ce DVD, sur commande de la municipalité de Bialystok (Podlachie).
Le 1 er janvier 2008, un contrat était signé entre la municipalité de cette ville polonaise et E@l, pour la réalisation du disque, qui devait être prêt à la fin du mois de juin. Le DVD a été transmis aux espérantistes de Bialystok, après 7 mois de travail, lors du congrès mondial de Rotterdam, le 25 juillet 2008. S'ensuivirent la préparation de la version à presser, de la couverture, et du pressage lui-même.


(...) Le DVD se présente comme une Bialystok virtuelle imaginaire dans laquelle on se promène, visitant un par un les immeubles de la ville. Ces monuments comprennent une école (qui dispense des cours d'espéranto de plusieurs niveaux), un cinéma (diffusant 6 films sur la Langue Internationale), un conservatoire (chants en espéranto avec leurs paroles), un kiosque de presse (présentation des publications périodiques en espéranto les plus importantes), un musée (information sur le créateur Zamenhof, sur les rencontres, les associations...), et une bibliothèque (quelques oeuvres célèbres en espéranto)

Dans un petit film, les visiteurs de la ville virtuelle (les utilisateurs du DVD) sont accueillis à la mairie de Bialystok par le maire lui-même, Tadeusz Truskolaski. Ce dernier y salue les gens en polonais et en espéranto. (...)

Dans l'avenir, plusieurs possibilités sont envisagées, notamment celle de créer un DVD multilingue qui aurait les mêmes but et usage que celui qui vient de paraîre en Pologne. La balle est dans le camp des associations nationales des autres pays.

d'après Peter Baláž (coordinateur de E@I)

Voir également le blog de Esperantino (en espéranto)

==================================================

Deux jours avant la parution, le journal informait déjà ses lecteurs par un court article