Date de sortie : 20 Février 2008
Réalisé par Cédric Klapisch
Avec Juliette Binoche, Romain Duris, Fabrice Luchini
Film français. Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h 10min. Année de production : 2008
Distribué par Mars Distribution


Synopsis
C'est l'histoire d'un Parisien qui est malade et qui se demande s'il va mourir. Son état lui donne un regard neuf et différent sur tous les gens qu'il croise. Le fait d'envisager la mort met soudainement en valeur la vie, la vie des autres et celle de la ville toute entière.
Des maraîchers, une boulangère, une assistante sociale, un danseur, un architecte, un SDF, un prof de fac, une mannequin, un clandestin camerounais... Tous ces gens, que tout oppose, se retrouvent réunis dans cette ville et dans ce film.
Vous pouvez penser qu'ils ne sont pas exceptionnels mais, pour chacun d'entre eux, leur vie est unique. Vous pouvez croire que leurs problèmes sont insignifiants, mais, pour eux, ce sont les plus importants du monde.

Mon avis
Klapisch c'est le genre de mec à me réconcilier avec le ciné français. Pourtant ses films n'ont rien d'impressionnant, pas d'effet spéciaux, pas d'action, pas réellement d'histoire dans ses films, juste une ou plusieurs tranche de vie, sans partie pris. Certains explique là où Klapisch se contente de montrer. Une liberté est ainsi laissé au spectateur de réfléchir et d'apporter ses propres émotions aux images. Là, on plonge dans un univers parisien résumé avec brio. On y perçoit les destins croisés de tout un tas de personnages plus ou moins important dans le film. On pourrait se demander où le réalisateur veut nous emmener, mais le mieux reste encore de se laisser porter sans trop s'interroger. Duris, qui reste un acteur avec lequel j'ai toujours eut un peu de mal, s'en sort plutôt pas mal. Dupontel, Luchini et Cluzet sont impérial, sans trop en faire, ils arrivent à sortir le juste sans tomber dans l'excès ou la caricature. Le reste de l'excellente distribution reste de qualité avec une Binoche moins froide que d'habitude notamment.
On oscille entre drame et comédie, à la manière d'un Lelouche, Klapisch fait dans la déstiné, mais contrairement à lui, il sait faire oublier la caméra pour que le spectateur profite de l'histoire et non de la technique qui permet de la raconter.
Très bon film quoi