Piñones se trouve à la pointe sud de l'île, juste derrière l'aéroport de San Juan. La plage y est magnifique et c'est l'endroit idéal pour trouver tout un tas de restaurants typiques proposant du poulpe ou du cochon et ce dès le petit déjeuné. Je laisse les filles à leurs découvertes culinaires préférant aller faire un tour le long du littoral. J'ai d'ailleurs pu grimper sur une sorte de tour de garde de laquelle j'avais une vue nickelle pour shooter quelques photos. En revanche pour m'y rendre j'ai du marcher un moment, ce qui a fait patienter les filles qui ne se laissant pas abattres en ont profité pour prendre un rafraîchissement dans un bar. La mer est bleu, les montagnes au loin semblent couvertes de nuage, mais c'est pourtant ce lieu que je désire visiter aujourdh'ui.

El Yunque, c'est le nom de la chaîne de montagnes (aussi hautes que les plus hauts monts du massif central je dirai) recouverte par une épaisse végétation luxuriante. El Yunque veux dire forêt de pluie et pour cause, il ne se passe pas un seul jour sans qu'il ne pleuve sur cette montagne ! Heureusement pour nous, nous échapperons à ce moment qui aura sans doute eut lieu soit le matin assez tôt ou le soir assez tard. Cette région présente un autre aspect de l'île que je désirai voir histoire de changer un peu de la plage. L'ascension en voiture ne sera pas trop fatiguante, mais la visite menant à la cascade sera tout de même longue d'au moins 8 km en comptant l'aller et le retour. Mais le spectacle que la montagne nous offre vaut bien cette marche sur ce terrain aménagé mais tout de même hasardeux, avec ses pentes raides qu'il faudra remonter dans le sens du retour. La cascade est belle sans être impressionnante, le coin est rafraîchissant, ici la température se fait plus discrête face à l'humidité. Dans la forêt nous croiserons des tonnes de lézards, mais surtout des tas de palmier différents comme ceux donnant les noix de cocos ou les dattes, ou plus commun encore, ceux ne donnant que de l'ombre... Tout partout autour de nous, nous entendons les coquis (sorte de petite grenouille produisant ce son qui leur donne ce nom et qui sert de mascotte à Puerto Rico), mais à aucun moment il ne nous sera permis d'en voir une. Cet animal est décidément plus sonore que visuel.

Après une telle ballade, nous préférons regarder un bon film en VO non sous-titré (Rushmore avec Bille Murray pour les cinéphiles qui connaissent) plutôt que de sortir jusque tard le soir...