Retour à Palmas pour finir ce Week End prolongé. Début de journée en fanfare avec les ouvriers qui eux ont repris le travail assez tôt (chaleure oblige) autour de la piscine. Manifestement, ça n'avance pas très vite, on ne peut pas dire que les ouvriers sont des foudres de guerre...

Direction la plage avant de manger, nous jettons notre dévolu sur une petite crique discrète et quasi déserte. Le sable y est un peu caillouteux et la mer nous tend des pièges plein de rochers et de vagues. Grâce aux roches nous avons pieds assez loin, mais il s'agit d'avoir le pied léger pour ne pas se faire mal. La plage se situe à quelques mètre de la sortie du petit port, nous verrons passer des tas de bâteaux tous aussi gros les uns que les autres. Non loin de là une mangrove habrite tout un tas de tétards qu'il est aisé de capturer tant ils sont l'infatiques. Rassurez-vous, nous ne les dérangerons pas longtemps et les laisserons sains et sauf à leurs occupations. Au détour d'un petit rocher nous tomberons sur l'ami Bernard (dit l'hermite), le squatteur de coquille. Il nous fera l'honneur de poser pour une magnifique photo avant de nous pinser gentiment pour nous faire comprendre que ça va bien 5 minutes. Quelques riches propriétés bordent le front de mer avec de magnifiques jardins. Le soleil tape fort, nous profiterons de sa lumière pour prendre la pose histoire de vous faire baver encore un peu plus.

13h, l'heure de l'apéro. Plutôt que d'investir dans de l'alcoolisé, nous lui préférons la noix de coco fraîche servit sans verre avec une paille. En France nous sommes habitué à en trouver avec peu de liquide et assez sèche. Lorsqu'elles sont fraîche, le liquide (en fait juste de l'eau qui prend un peu le goût de coco, mais certainement pas du lait comme on aime à l'appeller) est abondant et la chaire du fruit est toute molle, légèrement cahoutchouteuse. Je ne comprend pas comment Tom Hanks a pu survivre en ne mangeant que ça sur son île (mais ce n'est qu'un film), après ma seconde noix je commençais déjà à avoir mal au coeur, j'ai honte, mais je n'ai pas pu finir. Valérie, Charlotte et Julio se restaureront avec une friture de je ne sais quel poisson, n'étant pas friand de ce genre de met, je passe mon tour.

Après midi, plage again. Cette fois nous partons à la conquête d'une plus fréquentée qui se trouve derrière un village privé, juste derrière le golf. Plus de monde et également plus de vagues. Après un bain de soleil, Val et moi partons combattre ces vagues, nous boirons plusieurs fois la tasse et ne sortirons pas vainqueur dans cette bataille. Pas trop rassuré finalement, Valérie décidera de rejoindre le bord et ne pouvant rester bien longtemps loin d'elle je l'y rejoindrai.

Départ de Palmas en début de soirée, direction l'outlet de Cavanelas. Un outlet ici c'est un peu comme Usine Center pour ceux qui connaissent. Un paquet de magasins proposant des produits en solde. Par contre, on est loin de l'ambiance usine du centre commercial français. Imaginez plutôt qu'Usine Center soit à l'image d'un Rosny 2, mais deux fois plus grand et ça devrait mieux vous parler. Les prix sont graves intéressants, certains magasins vont jusqu'à faire - 50 % sur des prix qui sont déjà intéressants pour nous. Valérie investira dans un gilet en cachemire et un pantalon chez un grand couturier (BCBG Mazara ou un truc du genre, je ne m'en souviens plus très bien), de mon côté je préfère acheter quelques chemise un peu originales chez Levis et un ou deux T-shirt supplémentaires chez Gap. Je n'ose pas vous parler des prix, ce serait presque insultant...