Après notre folle nuit il nous fallait bien une journée pour récupérer tranquillement. Nous avons donc jeté notre dévolu sur la piscine de l’hôtel. Une belle piscine que nous partagerons avec quelques touristes américains venus avec leurs enfants. Après une baignade d’au moins une heure, Valérie finira sa nuit sur moi allongé sur les transats confortables mis à notre disposition. Le temps passe assez rapidement du soleil agressif aux nuages salvateurs. La température reste agréable c’est le principal. Le vent souffle légèrement, la mer s’agite un peu plus, juste de quoi faire le bonheur de deux longboardeurs qui ne prendront que deux ou trois vagues avant de rentrer. Impossible de faire du Snorking (plongée en apnée) avec ce genre de mer, nous avons bien fait d’en profiter la veille.

Ce soir nous avons décidé de faire un barbecue, nous allons donc à la coop du coin pour trouver de quoi manger. Il est étonnant de voir comme il est presque plus dépaysant de faire ses courses dans un pays étranger que de conduire ou de parler avec les gens. On est totalement perdu, on ne retrouve plus rien. Ça en dit long sur nos habitudes de consommations… Les prix sont plus que corrects surtout compte tenu de la valeur du dollar face à l’euro. En rentrant nous tombons sur un Surf Shop qui brade ses fins de stocks. Je profite de l’occasion pour refaire ma garde robe et investit dans deux T-shirts, un pantalon et une chemise, Valérie me fait ajouter une paire de tongues pour que je puisse faire plus couleur locale. Je m’en sort pour un peu moins de 50 € pour le tout. De quoi vouloir acheter le magasin…

Je passe ma journée à me gratter. Je ne compte pas moins de 17 piqûres de moustiques. Si avec ça je ne chope pas la dengue ce sera un miracle. Il faut environ 15 jours pour que la maladie se déclare. Au pire je tomberai malade en rentrant à Paris et ça ne gâchera pas mes vacances. Maintenant je le sais, le moustique est un ennemi de l’être humain. Son seul but dans la vie c’est de nous faire chier.