• Projet Grenier

Le titre "Grenier" vient du fait que mon rêve se déroule dans ce lieu plutôt haustaire.

Source du projet: un rêve dans lequel je suis un enfant, un petit graçon, agé d'environ 13 ans. Avec moi se trouve une petite fille du même âge. Alors qu'à cet âge tout devrait être rose, une tension est palpable dans l'air de la maison dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Nous sommes au premier étage, juste en-dessous du grenier, et pour une raison inconnue, seuls dans cette vaste demeure. Soudain, un bruit nous vient du rez-de-chaussée. Un bruit criant, affûtage, qui crisse dans les oreilles. Quelqu'un monte les escaliers, doucement, un à la fois. Excès de prudence peut-être ? Où bien une tentative ratée d'une approche furtive. Qu'importe la raison, nous réalisons qu'une personne monte les escaliers, et son but n'est ni plus ni moins que de nous tuer.

Sans attendre d'avantage, nous nous avançons dans le hall des chambres et ouvrons la trappe qui mène à la seule pièce où nous pouvons nous cacher : le grenier. Grimpant les marches qui nous séparent de notre cachette, un doute, un malaise lié au bruit que fait le tueur en montant si doucement l'escalier m'envahit, mais pas le temps de réfléchir. Une fois sous la voûte de la maison, nous trouvons une cachette sous un vieux bureau abandonné peu après l'ouverture de la trappe. Nous attendons. Le coeur battant, un bruit de craquement se fait entendre, et là, le meurtrier apparait. Couteau à la main, il fait face au bureau, scrutant du regard la pièce qu'il vient d'investir. Impossible de voir autre chose que sa silhouette, car son dos dissimule à peine une fenêtre diffusant une lumière aveuglante. Et c'est à ce moment-là précisément que je comprends pourquoi cette obstination à essayer de comprendre le défaut de l'assasin quand il a monté les marches. Ce n'était pas un problème mécanique, mais les marches étaient bien trop grandes pour lui. Non pas qu'elles fussent surdimensionnées. Mais la personne nous cherchant avidement, tenant dans sa main gauche un couteau dégoulinant d'un liquide poisseux écarlate (et maman ? où est-elle ?), ne laissant apparaitre que son ombre chinoise derrière cette lumière pourtant divine, cette personne est un enfant.

Inutile de dire que ce rêve a été assez marquant, car d'une part je sais que quelqu'un veut me tuer, et d'autre par c'est un enfant tueur.

Croquis:

J'ai essayé de représenter cette scène du grenier avec les moyens du bord. Un croquis qui reflète plus ou moins mon souvenir, dans lequel je mets l'accent sur la lumière qui vient de derrière le personnage, le bureau où se cache les enfants et le point de vue de sous le bureau.

Je dois avouer que l'enfant assassin a été représenté par un adulte. A voir si j'arrive à faire jouer un enfant, mais cela me chiffonne quand-même.

Le meurtrier est un pied dans la trappe, un pied sur le parquet. Il fait face aux futures victimes, et dos à la fenêtre qui projette une lumière blanche (représentée en jaune) très forte. Du coup, on ne voit que sa silhouette en ombre chinoise, comme un contre-jour. Une lumière vient refleter la lame du couteau, du sang perle dessus et s'en écoule. Il est encore frais.

Le bureau fait face à l'assassin et 2 personnes s'y cachent. Ici le croquis ne représente pas l'angle de vue du rêve. En effet j'étais caché en-dessous du bureau/meuble/abris. Mais comme je ne suis pas spécialiste en dessin, j'ai eu plus facile à le dessiner ainsi. A voir ce que ça donne, en prenant la photo de ce point de vue (mais moins en plongée) avec 2x2pieds qui dépassent du bureau.

Réalisation: c'est là que les romains s'empoignèrent et que les athéniens s'atteignirent ;) Aucune idée de comment réaliser cette photo. Tout d'abord, il faut que je trouve le décor de la scène. Pas nécessairement un grenier, ça doit être assez ressemblant. Ensuite, il faut que je trouve au moins 1 personne (dans le cas où je suis sous le "bureau"), et au mieux 3 personnes (avec les 2 qui se cachent). Il faut également éclairer la scène. Je ne suis absolument pas spécialiste mais je dirais qu'il faut un éclairage puissant derrière la fenêtre du fond pour le contre-jour (lumière du soleil ?), un réflecteur très léger pour donner du relief au meurtrier (??), une lumière pour le couteau (où peut-être que le réflecteur suffit), et une lumière pour éclairer les pieds / le bureau des victimes.

Moi je dis, c'est po gagné gagné

Michaël