Parmi les merveilles qui se dissimulent en Franche-Comté, se trouve la vallée du Dessoubre. Le photographe Olivier Boillon la connait bien puisqu'il y vit depuis sa plus tendre enfance. A 35 ans, il décide de la mettre en lumière via son objectif et de faire découvrir ce qu'il appelle lui-même "son petit coin de paradis". Appareil à la main, il sillonne la région et la photographie dans tous ses états. A travers ses clichés, il la révèle telle qu'elle est au quotidien, conviant chacun à visiter cette vallée méconnue du Haut-Doubs. Il invite toutes celles et ceux, amoureux des grands espaces à venir en percer ses mystères. Pour apprécier pleinement la diversité de cette vallée, il suffit de longer Le Dessoubre, une des rivières classées parmi les plus belles d'Europe. 

Forêts, pâtures, collines se mêlent et se succèdent mettant en exergue ses différents paysages qui ne laissent pas indifférents les promeneurs de passage. Dès lors, chacun est à même de croiser durant son escapade blaireaux, hérons, grenouilles, chevaux comtois ou moutons. Une faune et une flore environnante qui subjuguent tous ceux qui viennent s'y balader et ce, quelque soit la saison. En effet, en hiver, c'est couverte de son magnifique manteau neigeux que la vallée du Dessoubre reçoit ses visiteurs tandis que l'été, elle laisse apparaître ses couleurs chatoyantes. Si cette vallée propose de nombreux circuits de randonnée, elle est surtout réputée pour être le lieu de rendez-vous des as de la pêche en sèche. Le Dessoubre est idéal pour ceux qui aiment taquiner la truite. Ainsi les pieds dans l'eau, la vallée du Dessoubre se laisse contempler tranquillement.

Le photographe


Olivier Boillon est originaire de Rosureux, un petit village d'une centaine d'habitants situé dans la vallée du Dessoubre. Enfant, il passait déjà la majeure partie de son temps les deux pieds dans le Dessoubre entre la pêche à la mouche, les baignades et la recherche de fossiles.

En mars 2004, il achète son premier appareil photos dans le but de rendre " hommage" à ce lieu magique qui lui a tant donné. Il a débuté avec un argentique avant de se doter d'un réflexe numérique.  Des panoramiques à la macrophotographie, la région est passée au peigne fin.

Aujourd'hui, il préside l'association "Passion Dessoubre" dont le but est de promouvoir le Dessoubre à travers ses clichés et par-delà sensibiliser la population à sa protection.

Pour en savoir plus sur le photographe, vous pouvez vous rendre sur son site : http://www.olivierboillon.com/