Le 23 septembre, je quittais ma maison (home, sweet home) à 02 h 10 pour rejoindre Toulouse d'où je me suis envolée pour Aqaba.

Choc : 35°C ! L'impression d'entrer dans un four !!! Et puis, on s'habitue. C'est le mois de Ramadan, très peu de fumeurs (appréciable !), personne ne mange, et je me promène. Dix minutes. Beaucoup trop chaud ! Je ressortirai demain matin ! Très tôt, je suis dehors, je croise des femmes en abaya, d'autres avec juste le voile dissimulant les cheveux, très belles, des hommes inactifs, proches les uns des autres et semblant attendre… quoi ? avec un petit vent agréable, et suis allée voir la mer Rouge dans le Golfe : elle aussi est BLEUE ! Toute belle, très pure, Jordanie/Syrie-Sept. 2008 Israël juste en face.

Une visite étonnante : une boulangerie industrielle. Où je suis gentiment accueillie pour une découverte de l' "enfer". Descendue au sous-sol par un petit escalier très raide, c'est là que se fabriquent ces pains ronds, tout plats, qui servent à manger "à la main". Ce sont d'abord de tout petits pâtons, qui passent dans des laminoirs successifs jusqu'à devenir des galettes d'une vingtaine de centimètres de diamètre, et qui passent alors dans un énorme four métallique, tout rouge, pour en ressortir tout gonflés sur un tapis roulant qui les amène au rez-de-chaussée où ils sont conditionnés par dix dans des poches plastique.

Il y a également des pâtisseries, consommées à la rupture du jeûne, dégouttantes de miel, pas vraiment appétissantes. Il règne dans cette fabrique/boutique une atmosphère de ruche où de jeunes garçons conditionnent à toute vitesse dans une chaleur moite et étouffante et qui ne boiront ni mangeront de la journée… Traditions et respect.

En fin de matinée, départ en direction du désert du Wadi Rum (se prononce Ram). Qui fera l'objet d'une autre chronique !!!