JTinguelyBaluba Alain et Valérie ont des problèmes conjugaux. Je suis chargée d’enquêter sur Alain. Me voilà dans son bureau ! Sur la table, une multitude de petits objets attirent mon attention et me laissent penser que les doutes de Valérie sont justifiés…Je les examine consciencieusement, chacun à leur tour…
Les Mirepoix ne sont jamais partis en voyage dans les pays du Maghreb et pourtant le tuyau d’un narguilé, tel le serpent qui accusa Adam et Eve d’avoir commis le pêché originel, se love sur la table acajou.
Autre objet suspect orientant mes recherches vers une tromperie possible : le flacon de sirop de bambou… Il a pu être acheté sur un marché asiatique! Je vais en examiner de plus près l’étiquette écrite en minuscules caractères d’imprimerie. Peut-être trouverai-je un indice intéressant ?
Mirepoix aurait-il été tenté par les geishas et les estampes japonaises ?
Mon regard se porte ensuite sur un objet que je connais bien : un volant de badminton
De toute évidence, cette femme a des enfants qui aiment les jeux de plein air. Il est toujours judicieux de pouvoir les occuper en ayant sous la main un volant ou une raquette. Monsieur Mirepoix est un homme prévoyant, du genre qui anticipe les situations et sait élaborer un cahier des charges lorsqu’il le faut.
Un petit arrosoir bleu, destiné aux enfants de quatre à cinq ans est posé au milieu de cette collection d’objets. Cet ustensile peut s’avérer indispensable pour arroser un bac à sable et permettre à ces bambins de faire des pâtés !!!
Un sifflet orange…voilà un objet compromettant qui pourrait permettre de signaler une présence inopportune…
Bon sang mais c’est bien sûr ! L’étau se resserre. En même temps, l’atmosphère s’opacifie, les yeux de la chouette la rendent lugubre…La culpabilité devient de plus en plus évidente.
Une réserve de billets de 100 euros sème vraiment le doute ! Alain Mirepoix est victime d’un maître chanteur dont il achète le silence…
Et cette bougie de solex posée négligemment tout prêt de la boîte à sardine prouve bien qu’il utilise un véhicule à deux roues pour se rendre à ses rendez-vous galants…Solex qui bien sûr est tombé en panne le soir où il devait rapporter à Valérie l’entrée dont elle raffole : les sardines à l’huile d’olive vierge extra dont la marque « Les Dauris » ne correspond pas du tout à celle achetée habituellement par le couple ! Vraiment les preuves s’accumulent…
Et c’est le dévidoir à laine, cet objet si énigmatique qui dénoue le nœud de l’histoire ! Jamais Valérie n’a possédé un tel objet ! C’est bien sûr maintenant: Alain a une maîtresse, et en plus, elle tricote !
Rysa V

Atelier écriture du 6 mars 2014 " Alain Mirepoix trompe t-il sa femme?"