En cherchant des images pouvant illustrer mon texte intitulé: « Odeur de mon enfance », je me disais qu’il était difficile de trouver un lien image/ odeur.
Je suis tombée sur le travail d’une artiste, Sissel Tolaas, et sa démarche artistique m'a passionnée!
Je ne résiste pas à l’envie de vous communiquer un texte décrivant un volet de sa recherche! Attention, ça décoiffe!
Dans une société saturée par l'image, Sissel Tollas veut éveiller la curiosité olfactive.
Sous son allure impeccable et ses talons de douze centimètres, l'artiste est une provocatrice ambitieuse. En 2006, elle présente au MIT Visual Arts Center, dans le Massachussetts, un projet baptisé "Fear", qui décline une variété d'odeurs de peur captées sous les aisselles de grands angoissés grâce à la technologie Head Space. "Le plus important est de détourner le contexte autour d'une odeur pour faire parler les gens librement", dit-elle.
Il lui arrive de se rendre à des vernissages prestigieux en robe du soir, "parfumée" d'une réplique d'odeur de sans-abri. Evidemment, dans cette tenue, personne ne la soupçonne d'être à l'origine du fumet. En partenariat avec la Harvard Medical School, elle franchit un nouveau cap en questionnant la phobie des bactéries. "Elles sont pourtant essentielles à notre système immunitaire, rappelle-t-elle. J'ai voulu répertorier celles du corps humain et les comparer avec celles qu'on trouve dans le fromage."…

En 2004, la société International Flavors and Fragrances (IFF), qui compose des formules pour les marques de luxe et des arômes pour l'industrie alimentaire, met à son service son unité de recherche et développement, ses matières premières et ses outils comme la technologie Head Space, un appareil mobile qui permet d'analyser in situ la composition de n'importe quelle odeur. "Cette collaboration a changé ma vie car elle a professionnalisé mon action et m'a ouvert des portes que je ne pensais jamais franchir", confie-t-elle.