Le photographe Nature n'est pas un photographe sportif ni un photographe de mode ou de mariage, ni un photo-reporter. Ce sont des disciplines relativement différentes les unes par rapport aux autres. En plus des techniques qui sont propres à chacune c'est l'attitude du photographe Nature qu'il faut considérer ici. Sa démarche est autre. Il a besoin de s'imprégner de ses sujets pour en tirer le meilleur. La première visite d'un lieu ou la première rencontre d'un sujet sont rarement les meilleures. Il doit revenir souvent aux mêmes endroits pour se les rendre familiers et aussi s'y rendre lui-même familier, pour voir et revoir le plus souvent possible les sujets et les scènes. Il doit donc faire montre de disponibilité et d'une grande ouverture d'esprit, posséder le calme et la patience nécessaires à la pratique de son art, de même qu'une bonne dose d'humilité et de pouvoir d'émerveillement.

Une chose est de voir la nature, une autre d'en témoigner par notre art. L'appareil photo est l'outil du photographe, au même titre que l'ordinateur ou le stylo le sont pour l'écrivain ou que les pinceaux et les couleurs le sont pour le peintre. Le photographe Nature est un être humain, c'est donc son interprétation humaine qui doit ressortir dans ses oeuvres, son émotion devant une scène doit s'immiscer obligatoirement dans ses photos les mieux réussies. Elles sont les miroirs d'un état d'esprit, des sentiments d'un moment.

Loup gris sous la neige © Luc Durocher

Une photo réussie montre une grande harmonie de formes, de couleurs et de composition. Une photo réussie possède une forte puissance évocatrice et est techniquement irréprochable. Elle devient remarquable lorsque la personnalité du photographe, ses émotions, sont là, projetés dans l'image. Une photo réussie est de la poésie.

Le processus photographique est complexe, rapide, transparent. Il se déroule malgré nous. Nous passons nos émotions de photographe à la photo directement, automatiquement, sans réflexions profondes apparentes.

La meilleure maîtrise technique est celle qui permet d'oublier la technique, celle qui nous permet de nous concentrer sur l'essentiel: ce qui est là, devant nous, et d'en capter une image, la meilleure possible avec le talent et l'équipement du moment.

Un autre paramètre important est l'anticipation. Nous devons être prêts avant que le moment crucial n'arrive. Nous devons donc prévoir comment une situation va évoluer. C'est évidemment un pari, mais avec un peu d'habitude nous pouvons arriver à limiter la part de hasard et ainsi créer notre chance.

Précieuses, attachantes créatures © Luc Durocher

Ensuite, il faut être totalement réceptif, et souvent cela nécessite d'être seul lors des prises de vue. La présence d'une seule autre personne fausse notre perception des choses. Tentez l'expérience et vous serez surpris par le gain de sensibilité que cela procure d'être seul. La perception de votre propre vulnérabilité face à la nature, ou, au contraire, de votre communion avec elle, n'en sera que plus intense. Je vous assure qu'à ce moment là on comprend pourquoi de nombreux photographes Nature versent dans le mysticisme le plus pur.

Ces propos sont le fruit de seulement un peu plus quatre années passées sur le terrain muni d'un petit appareil photo numérique. Ils n'engagent que moi et sont par le fait même perfectibles.

Luc Durocher