Un voyage en Mauritanie

 

Comme cadeau de mariage nos amis nous ont offert une partie de notre voyage de noce no 2. Il fut décidé que ce serait en Mauritanie. Voici le récit de notre voyage

Dimanche 18 novembre 2007

Le réveil a sonné à 4 heures et après un petit déjeuner  copieux, nous sommes partis pour l’aéroport de Marseille-Marignane. Au départ, il faisait -5 degrés, mais le thermomètre est descendu jusqu'à -8. Nous avons eu beaucoup de mal à lire les panneaux routiers couverts de givre, enfin nous sommes arrives vers 7 heures.

L’enregistrement prit encore plus longtemps que d’habitude. De notre terminal partaient tous les avions vers l’Afrique, et les contrôles étaient sévères. Les voyageurs vers le Maghreb emportant beaucoup de choses souvent interdites. Pas de problème pour nous et j’ai même eu le temps de prendre une dernière bière avant de monter dans l’avion.

L’avion décolla à 11.30 et atterrit à Atar à 15 heures 45 heure locale (+1 h). Le vol dure environ 4 h 15. La température à Atar était d’environ +36 (44 degrés de différence).

Avant de pouvoir entrer dans le hall d’arrivée, on nous remit deux formulaires à remplir, un pour le visa et un pour la déclaration d’entrée de devises. Puis on nous laissa entrer 8 personnes à la fois, pour aller successivement à cinq guichets qui se suivaient : un pour contrôle la demande de visa et le passeport, un pour demander le visa, un pour avoir le tampon de visa dans le passeport, un pour remplir dans le passeport la durée du visa et enfin un pour signer le visa sur le passeport. Apres cela il fallut aller déclarer ses devises, et enfin aller à la banque faire du change. Puis on nous autorisa à aller chercher nos bagages et à sortir du hall pour retrouver le groupe et notre guide Bouba.

Nous étions six personnes à arriver de Marseille, les quatre autres étaient arrivées de Paris dans la matinée et nous attendaient dans une auberge à Atar.

Toutes les voitures sont des 4x4 Toyota et c’est à 3 voitures que nous sommes partis vers Chinguetti, où nous sommes arrivés à la tombée de la nuit. Notre auberge, Le Maure bleu, était tenue par une française, Sylvie. On nous a donné nos chambres, soit une grande case en dur avec un tapis en paille, deux petits lits et une table, soit une maison en paille, soit une tente. Dans un bâtiment séparé, il y avait 4 douches et 3 WC, ainsi que deux lavabos extérieurs avec miroirs pour se laver les mains et se brosser les dents. Tout était très propre et bien entretenu. Apres un bon diner à  19  h 30, servi dans la salle à manger, il était temps d’aller dormir.