Pour elle désormais je veux être bon,

Si bon, qu'elle se sache aveuglement chérie;

Je ne lui dirais plus: "il faut", mais: "Je t'en prie.."

Et je prendrai les torts, lui laissant le pardon.



Tantôt je lui découvre en entier ma faiblesse,

Tantôt, rebelle injuste et jaloux, je la blesse,

Et je sens dans mon coeur sourde la cruauté.



Elle ne comprend pas, et je lui semble infâme.

Oh! que je serais doux si tu n'étais qu'une âme!

Ce qui me rend méchant, voit-tu, c'est ta beauté.

S.P