D'après, notre "ami" Boris Cyrulnik: <<Un univers sans rencontre, un univers sans autre me laisserait seul avec moi-même, sans surprise, sans émotion, toujours le même, jusqu'à la routine qui engourdit la vie avant la mort. La rencontre crée un champ sensoriel qui me décentre et qui m'invite à exister, pour vivre un peu, avant la mort... Ce qui m'excite et( m'effraie... Comme la vie... Si passionnante... et difficile>>.