Bonjour à vous, Nous rev’là, en forme bien sûr ! L’Afrique continue son chemin, avec son lot de joie et de peine, et nous sommes aussi sur ce chemin. Beaucoup de décès ici ces derniers temps, entre la maladie, les accidents de la route, et la pauvreté qui entraîne de nombreuses complications, c’est le quotidien. Au dispensaire, de nouveaux cas apparaissent : malnutrition sévère associée à différentes autres maladies, ça donne des trucs pas beaux à voir : enfants enflés de la tête aux pieds ; rougeole, et puis les vers encore et encore, le paludisme encore et encore aussi, bref, pas de quoi s’ennuyer. L’horizon des choses à faire ici s’ouvre de plus en plus pour nous. Nico est maintenant hyper polyvalent puisqu’il s’occupe en plus du centre d’accueil, de la comptabilité du diocèse, de la gestion du carburant et qu’il bosse enfin sur son projet pour le centre de formation. Quand à moi, je me répartis entre les consultations au dispensaire, le suivi des enfants au centre de nutrition, et la gestion de cette structure. Et puis je devrais commencer bientôt à aller dans un village à 20 km pour faire de la promotion féminine avec une Sœur d’ici, la Sœur Charo. Du boulot c’est clair qu’il y en a (pour ceux qui pourraient penser qu’on est au chaud en Afrique, tranquillou). On bosse plus qu’avant, et on a moins de loisirs ( heu en fait c’est qu’il y a si peu de possibilité de récréation !). La santé, ça va bien pour nous deux. La bouffe c’est toujours pas trop le panard, mais au moins, nous on a pas grossi avec les fêtes de fin d’année ! On pense souvent à vous tous, vous nous manquez tous : certains pour les soirées festives, d’autres pour les discussions sérieuses, d’autres pour leurs délires, d’autres encore pour leur côté rassurant et motivant, d’autres pour le sport, d’autres pour les apéros et la pétanque, et puis d’autres encore pour tout ça ! Ah les Amis, c’est si important, et c’est en ne vous ayant plus tout près qu’on se rend compte à quel point on vous aime… ( pour la famille c’est pareil, bien sûr !) Bon, j’arrête là. On vous embrasse très très fort, à bientôt.