J’avais écrit quelques pages sur ce samedi, sur nous mais je ne les publierai pas. les séparations j’en parlais sans les vivre, mais les vivre valait-il la peine d’en parler ?!.
Certains, ont sournoisement besoin de se venger, de remuer le couteau dans la plaie, perfectionner ce côté machiavélique tant refoulé…
 
Elle, elle avait juste besoin de se souvenir du goût de ses baisers, la couleur de ses yeux, l’odeur de sa peau, ses dernières étreintes, les quelques mots dérobés, rescapés, saccagés, noircis d'une histoire si parfaitement romantique et dangereusement intense...besoin de ce départ, là-bas dans cette gare au milieu de tous ces voyageurs pour comprendre que c'est définitivement ici que leur histoire sera enterrée.

L’amour était bref, l’oubli sera long...

"Je t'embrasse tendrement" dit-il!