Lili ne m’a pas donné de ses nouvelles depuis qu’elle est rentrée de son séminaire, elle m’avait appelé le lundi 14, vers 23h40 m’expliquant d’une voix qui trahissait une certaine émotion qu’un collaborateur l’avait humilié devant tout le monde en insinuant qu’elle était une femme facile -j’évite d’utiliser des mots « crus » parce qu’il paraît que le jargon de ce monsieur est loin de toute notion de bienséance- :
-Te rends-tu compte que ce nain prétentieux est venu balancer ses vannes pourries comme d’habitude, soit disant il cherchait « E » (Encore un arriviste sans morale, je te parlerai de son cas plus tard, caractérisé par une grand perfidie et traîtrise et qui croit bien cacher son jeu) en disant que puisque « E » n’est pas là il doit être sûrement quelque part en train de baiser avec « J » (ce con n’avait pas vu que j’étais là) !Mais comment ce pauvre type ose-t-il me parler de la sorte!j’ai vu rouge et si je n’avais pas canalisé ma colère je l’aurai massacré je te jure, mon honneur et ma fierté passent avant tout et puis merde c’est un séminaire qui dit séminaire dit contexte professionnel et non des vacances entre potes. Tu comprends, hein, tu comprends n’est-ce pas ?!
Elle pleurait
-Lili calme toi, je sais que tu es au dessus de toutes ces bêtises, et même si c’était vrai
ce n’est pas toi qui disais que chacun a le droit de faire ce qu’il veut de son cul ?
J’entends son rire, enfin!
-Personne ne lui a rien dit ?
-Ils sont tous nés sous le signe de la lâcheté, je te l’ai déjà dit. Le premier de la liste c’est le gars en question !
-C’est dingue ma parole !
-C’est honteux oui, mais je mettrai cela sur le compte de l’alcool, ça rend con, lâche et vulgaire, ça m’écœure si tu savais ! mais bon tu as raté un sacré spectacle, le nain s’en souviendra toute sa vie…
Je ris
Elle rit
-Bon dis moi ce que je peux faire pour toi…Ecoute-moi mon ange, oublie cette histoire et puis je compte sur toi pour l’ignorer comme tu sais le faire.
-Et comment, je pense qu’il n’a encore rien vu de ma part…
Je ne t’ai pas dérangé avec mon coup de fil j’espère ?
-Pas du tout ma puce, je revisionnais Mulholland Drive, tu sais bien que je suis une couche-tard.
-Ah David Lynch! Quand je pense que certains ici ne parlent que de cul et d’alcool, quel gâchis !Bref, bisous ma chérie, je te laisse, merci pour ton écoute et pense à moi quand tu regarderas mon passage favoris « Liorando ».
-Et comment !Bisous Lilith, bonne nuit, je te rappellerai demain.
-Bisous.
Je sais que ce collaborateur a tort, Lili est une fille joyeuse, bonne vivante, honnête, sincère, très joueuse, titilleuse certes mais juste ce qu’il faut pour la rendre très attachante…Mais attention, quant à sa fierté PAS TOUCHE!Lorsqu’on touche à sa fierté et à son honneur là vaut mieux s’attirer la colère de tous les Dieux de l’Olympe et non la sienne. Je me souviens du jour où elle est passée me voir chez moi pour me dire qu’aujourd’hui cela fait un an qu’elle n’a pas adressé la parole à son frère, un an ! je voulais lui dire si elle allait fêter sa connerie ou s’en repentir, mais je n’ai rien dit, je ne veux surtout pas faire partie de sa liste noire et elle en est capable.
Elle pardonne rarement surtout lorsqu’on la blesse, trahir sa confiance est quelque chose qu’il ne faut surtout pas faire, vaut mieux lui inventer mille excuses, mentir mais jamais la trahir. « J’en souffre au point d’en perdre la mémoire…j’oubli tout sur cette personne, elle n’existe plus, je ne la vois plus, je l’enterre volontairement, vivante » dit-elle.
C’est une femme entière, que j’aime malgré ses saisons changeantes et interminables, elle a un bon fond, elle est toujours là quand on a besoin d’elle, elle donne sans rien attendre en retour, elle est respectueuse des autres, leur différence, leur façon d’être, elle est très généreuse et elle donne même quand il ne lui reste plus rien à donner. J’aime l’entendre dire fièrement « Je suis sûre que mon papa me regarde de la haut et il est fier de moi, de ce que je suis, je le sais je le sens » .
Son papa, c’est la moitié de son âme disait toujours Lili. Lorsqu’elle en parle, on peut lire une profonde tristesse dans ses yeux, « je pense à lui chaque jour que Dieu fait, sa perte est une douleur que je traîne depuis des années, aucune autre douleur ne sera si forte ni comparable à celle-ci ».Entre fragilité et dureté, son côté ombre et lumière cette femme, mon amie Lili, je l’aime pour ce qu’elle est pour ce qu’elle m’apporte.
Je ne porte pas de jugement sur elle parce que je la comprends, nous évoluons tous au sein d’une société pleine de contrastes, dangereuse, une jungle où la seule loi qui prime c’est celle du plus fort, Lili se défend avec se propres moyens, elle ne se laisse pas écraser par ceux qui pensent être au dessus de toutes les lois. Comment voulez-vous gagner le respect de certaines personnes qui pensent que les respecter est un devoir, votre devoir et non le leur, vous n’avez aucun mérite parce que ce sont eux qui vous ont appris ce que vous maîtrisez aujourd’hui, Sans eux, puisque vous êtes des « créatures » à faible intelligence, vous n’êtes rien, juste un maillon de la chaîne ?je les appelle ironiquement les faiseurs de grands hommes. Alors ne rêvez pas de reconnaissance ni de respect parce que vous ne serez jamais qu’un moyen pour leur réussite, la vôtre tombe aux oubliettes…Cela vous étonne t-il ? et bien ces gens là je les ai rencontré il y a quelques années déjà et je les rencontre encore aujourd’hui, condescendants, prétentieux et imbus de leur personne. Dernièrement une espèce de chevalier blanc a fait son apparition, une exception à la règle et j’en suis ravie, quelque part cela me rassure, me redonne confiance en la nature humaine, peut-être que son expérience de la vie a fait que son ouverture d’esprit dépasse toutes ces sordidités et la bêtise de certains. C’est un homme intelligent et j’ai beaucoup d’admiration pour ces gens là. Je sais que certains doutent de lui, il faut bien un con ou deux pour illustrer la bêtise humaine pour ne pas dire l’incarner mais il le sait, rien qu’à son regard je sais qu’il le sait car sa période d’observation lui a bien servi à quelque chose notamment sa stratégie de développement qui semble plutôt cohérente. J’espère seulement qu’il ne se fondra pas dans le même moule que tous ces autres parce qu’il perdra sa crédibilité et la force de ses convictions, cette force avec laquelle il nous a séduit tous azimuts.
Quelque part Lili n’a pas vraiment tort quand elle me dit de me méfier des gens qui promettent parce certains ne tiennent jamais leurs promesses, mais je suis pour cette attente aussi vaine que pouvait-elle être, j’espère de la vie une meilleure vie, des autres le meilleur d’eux-mêmes, de moi tout sauf ce que je n’aimerai pas être : Un cœur rempli de haine parce que comme disait le grand HUGO « La haine, c’est l’hiver du cœur» !.
Lili si tu passes me lire sache que j’ai beaucoup d’affection pour toi, je sais que ton cœur est aussi blanc que ces flocons de neige qui ont frôlé et caressé ton doux visage, tu as souri de bonheur, je le sais, je connais ce sourire qui dévoile ton âme d’enfant, ce sourire est un vrai rayon de soleil, tu es mon soleil à moi Lilith…
L’âme de mon âme.
 
JAS, extrait de mes "Histoires Inachevées",2008