-Ne vous arrêtez pas, continuez à me faire rêver avec vos histoires…

-Vous me prenez pour une Sherazade « Bis » des mille et une nuits ?
Je n’ai plus rien à vous raconter, fin de l’histoire .


Orientalement votre !
Conteuse à mes heures perdues, le « Je » s’engage mais je ne m’engage pas…
TOI ! Oui, toi qui me lis et tu ne cesses de me regarder avec ton cœur, pourquoi ce silence ? pourquoi es-tu si distant nous qui étions si proches ? pourquoi es-tu si indifférent ? qu’a t-elle pu te dire pour que tu quittes mon royaume pour un exil qui me fait toujours aussi mal… ?


Lui, Il a une certaine sensibilité même s'il ne peut mettre de l'affection dans sa passion. Sa carapace ne me fait pas peur, j’aime le provoquer au risque de subir sa vengeance mais cela nous plait. On s’observe de loin , d’amour et de haine s’est construite cette histoire, ce qu’il n’a pas compris c’est que je l’ai toujours protégé de moi car il me coûte beaucoup de blesser quelqu'un surtout s'il s'agit de quelqu’un que j’aime.


J’ai beaucoup d’histoires inachevées à te raconter, nous aurions besoin de plusieurs nuits, plusieurs vies, il n y aura que toi et moi, je commencerai par notre histoire, encore une qui restera inachevée car au commencement cette histoire était celle d’un homme et d’une femme, un homme maladroit, orgueilleux et arrogant, et une femme distante « par la force des choses »,indifférente et insolente…Derrière ces masques, il y avait des sentiments mais nous étions trop arrogants pour se les avouer…
Je ne le regrette pas, car aujourd’hui tu as trouvé ton déséquilibre et moi le mien ! cela t’étonne que je parle de déséquilibre et non équilibre ? crois-tu que le choix de mes mots est insensé ? Je suis celle qui sait, mon doux et cher exilé…Notre équilibre n’est pas avec les autres, il est dans la solitude et le silence, les autres ne sont qu’un rappel à la vie, un alibi , on se suffit à nous–mêmes , c’est prétentieux mais c’est tellement vrai !


Demande-moi de te raconter la vraie histoire, celle que tu as toujours refusé d’entendre…N’as-tu pas marre de faire semblant ? jouer un rôle qui n’est pas le tien ? le temps passe et ne repassera pas et si un jour tu me perds de vue ce sera pour toujours…
Je ferai un pas vers toi lorsque tu décideras d’écouter ton cœur et non les bribes d’histoires que des conteurs imposteurs ont inventé de toutes pièces…


J’ai tant de visages mais mon vrai visage je ne l’ai qu’avec toi.
Regarde-moi et dis moi que tu n’as jamais eu cette boule au ventre lorsque nous sommes l’un face à l’autre, es-tu si aveugle au point de ne voir en moi que l’indécise allumeuse, la caractérielle capricieuse, la maligne aguicheuse… ?


La grande histoire n’est plus que souvenir, j’écris pour la déterrer car tu as fait son deuil et moi je m’y refuge tel un linceul.


Aujourd’hui, cela n’a plus aucune importance, ce n’est qu’une histoire que je conte lorsque ma mémoire s’obstine à renouer avec le passé…


Tout est parade, la vraie Sherazade l’avait compris et inventa les Mille et une nuits…
Une nuit de plus et sa vie fut épargnée !

JAS, extrait de mes "Histoires Inachevées", 24/09/ 2011