Je réfléchissais à la chute de l’histoire que j’écrivais , quand soudain, la sonnerie du sms retentit. Je jette un œil sur mon portable, il s’agit sûrement des doigts frivoles de Guen.

« C’est moi Fred, je sais ce que tu penses de moi, mais ce n’était qu’un malentendu, tu es une femme qu’on n’oublie pas…Besoin de te voir. »
Second round maybe ? Quel masochiste ce Fred !
Un sourire marqua légèrement mes lèvres, une chose est sûre après l’épisode de l’appartement, c'est clair qu’il ne m’oubliera pas.
De quel épisode je parlais ? celui du mois d’Avril où j’ai décidé de l’affronter sur son terrain de jeu, j’en suis sortie victorieuse ! Il y a des guerres que nous n’avons pas besoin de gagner avec des armes, il suffit d’avoir un bon mental et un cerveau opérationnel 24/24h .
Fred a 52 ans, un homme à qui tout réussit et qui est souvent bien entouré. Charismatique, intelligent, polyglottes et très cultivé, bref un homme qui m’a plu dès la première rencontre. Sa philosophie de la vie n’avait rien à voir avec son statut social, après un certain recul je dirais que ce n’était qu’un masque, un appât et rien d’autre qu’un piège !
Nous nous sommes rencontrés fin février, à cette époque là je vivais un certains flottement professionnel, je négociais une augmentation qui n’arrivait pas, des promesses vaines et un environnement de travail néfaste où je ne pouvais plus garantir une certaines créativité et motivation, je subissais tout simplement…
Fred pendant ce temps là, était l’homme parfait, on sortait, on passait des nuits entières à parler de nous, on flânait dans Paris la nuit, on profitait de chaque instant mais j’étais clairvoyante, je ne m’investissais pas sentimentalement, d’ailleurs je n’ai jamais été vraiment une femme sentimentale, la raison l’emportait sur le cœur et c’était le meilleur moyen de me protéger des autres.
Mi-mars j’ai quitté Fred, du jour au lendemain je n’ai plus donné de nouvelles, je ne répondais plus à aucun de ses appels, aucun mail ni sms, je l’ai quitté parce qu’il n’avait plus rien à m’apporter, j’ai fait le tour du personnage, erreur de casting cher Monsieur, retournez à votre tour et restez y !
J’ai toujours dit que je n’aimais que les commencements, ce jeu de séduction, la découverte de l’autre, vivre des moments uniques et parfaits avant que la monotonie s’installe pour tout détruire.
« Ne me laisse pas comme ça comme un con, répond moi je veux comprendre, pourquoi me quittes-tu bb ? je tiens à toi, je t’aime, réponds moi, écris moi mais ne me laisse pas comme ça… »
Waoww ! le patron que tout le monde craint s’incline devant moi et pourtant je ne lui connaissais pas cette fragilité, sauf lors de nos ébats où il devenait un autre, on laisse tomber les masques, on baisse sa garde et on se donne sans tabous aux jeux de l’amour, de la sensualité et du libertinage !
J’aurai dû répondre à cet sms car le lendemain Mr était en bas de chez moi, il était là depuis 09h30, il savait à quel heure je partais de chez moi pour aller au travail, il attendait sagement dans sa voiture, c’est la première fois que je voyais cette expression sur son visage, de la délivrance oui c’est exactement cela !
Je monte dans la voiture, un bonjour à peine audible, je ne dis rien je me refuge dans le silence, j’avais besoin de réfléchir, trouver vite une échappatoire, je n’aime pas ces situations où la méfiance est mutuelle et où chaque mot prononcé tombe telle une sentence.
-Tu ne m’embrasses pas chérie ?
-Pourquoi t’es là Fred ?
-Pour toi, pour nous, j’ai quelque chose à te dire…
-Je t’écoute
-Je suis comme un cheval sauvage ,plusieurs ont cherché à me marque au fer rouge, seul une a réussi à le faire, cette seule et unique femme c’est toi…Lorsque je t’ai rencontré je ne savais pas que j’allais tomber éperdument amoureux de toi, tu me fais perdre tous mes moyens, rien que de penser à toi me fait bander, mes draps ont gardé jalousement ton odeur, j’ai essayé avec d’autres mais je ne ressentais pas la même chose, elles étaient fades mais toi ton goût est singulier, précieux et enivrant…Excuse mes maladresses chérie, je sais que c’est à cause de ça que tu as voulu tourner la page, mais laisse nous une chance, tu me manques tellement…
Pas mal le coup du cheval sauvage, mais c’est vrai que ce qu’il avait du cheval c’est plus son haleine et pas autre chose ! et puis tous ce speech de la part d’un homme si puissant est juste LOUCHE, qui suis-je pour qu’il se rabaisse à ce point ? je crains le pire, une guerre sans merci, s’il veut jouer à ce jeu ( une parenthèse, en ce moment j’ai pas d’amants et j’ai besoin de combler quelques trous dans mon planning, bon alors the game is not over yet ) je suis une garce ma parole, un sourire me trahit et se dessine volontairement sur mes lèvres.
-Fred, c’est beau ce que tu viens de me dire, j’ai dû attendre trois semaines pour que tu me dises cela, tu m’as manqué aussi bb, si tu savais comment j’étais triste loin de toi mais ça valait la peine ( bon bon arrêtons la guimauve c’est too much, je dois rester crédible voyons).
-Embrasse-moi chérie !
Un bisou furtif sur la joue fera l’affaire car son haleine ce matin là était juste Infecte !
-On dîne ensemble ce soir chérie ?
-Avec plaisir mon coeur !
Il m’a déposé à deux pas du bureau, un sourire radieux illuminait son visage, « première mission accomplie » dira t-il, « la vengeance est un plat qui se mange froid…Elle verra cette petite garce de quoi moi Fred je suis capable, Victoire sera mienne ! »
Rêve toujours mon coco, si tu savais ce que la garce t’a préparé, tu n’en seras pas déçu !
Premier réflexe de la journée, allumer mon ordi, ouvrir ma boîte mail : pas trop de merdes ça va, tiens un mail de mon responsable :Hein ? c’est pas possible, c’est une blague ?nous sommes quel jour ? vendredi 09 avril et non le 1er, donc ce n’est pas une blague, il me dit que mon augmentation a été validée et il me félicitait pour le travail accompli, bien sûr que c’était inférieur à ce que les deux recruteurs que j’avais rencontré m’avaient proposé mais je suis bien quand même chez Com. et puis j’aime bien mon travail et ma team.
Ce qui m’étonne c’est que the chairman a validé cette augmentation ,j’étais convaincue qu’il allait dire non, comme quoi il est encore capable de me surprendre! Finalement il n’est pas si têtu que ça, mais je l’aime bien, je ne sais pas pourquoi j'ai le sourire à chaque fois que je croise son chemin, j’aime "The" personnage avec toutes ses contradictions, il cache sa fragilité derrière une énorme carapace jonchée d’artifices, et pourtant au fond de lui il est loin d’être ce que les autres pensent réellement de sa personne. Certes, Il a besoin d’être adulé, admiré, respecté, regardé avec des yeux de merlan frit…Flatter son égo, mais bon ce n’est pas si grave que ça car j'ai vu pire ! Une chose est sûre, vaut mieux éviter sa colère car il est rancunier, souvent lunatique et impulsif, je préfère donc garder mes distances avec lui que faire partie de sa cour.
Il cherche à vous déstabiliser, vous lancer des piques qui vous feront réfléchir et c’est ça le but :exploiter vos failles pour mieux vous maîtriser et à force de penser à ce qu’il débite sur votre personne, vous penserez de plus en plus à votre « gourou », certains de mes collègues souffrent du syndrome de Stockholm et je comprends leur souffrance, c’est vraiment un personnage que j’adore observer de loin car c’est un cas très intéressant pour la science et surtout pour ma culture personnelle. D’ailleurs à chaque fois que je veux faire parler un mec , je le fais boire car c’est une technique de « gourou savant et non profane ! » :Forcément à utiliser avec modération !
Bon, la bonne nouvelle c’est que tout va bien mais maintenant j’ai mes M.B.O qui m’attendent !
Pour le dîner de ce soir: rentrer chez moi pour me changer reste impératif . A moi donc de choisir le lieu, un sms à Fred pour lui communiquer le tél du Pershing hall pour notre rdv de ce soir !
17h,Fred m’a appelé pour me dire qu’il préférait un dîner en tête à tête chez lui et qu’il passerait prendre sa commande chez le Nôtre vers 19h00 , j’étais donc attendue à 20h00.
Sourire, Jouons et Jouissons !
-Ok, bb, doux baisers, à ce soir.
Il faut que je entre me changer et mettre des dessous affriolants, la guerre a commencé…
20h15,je sonne à la porte !
-J’arrive, dit-il
La porte s’ouvre, bel homme ce Fred, son haleine est redevenue respirable, il m’embrassa et serra fort contre lui. Habillé Chic et décontracté, la table était dressée également avec goût ,ambiance très romantique…on dirait qu’il va me faire une demande de mariage, elle est où la bague mister Fred, where is the ring ?
-Du champagne chérie ?
-Oh yes darling… tchin tchin : santé, beauté bb
Nos gestes habituelles ont refait surface, il a fallu le rassurer, tout doit être comme avant !On parlait de tout, ses dernières acquisitions artistiques, un voyage qui se profile en mai à NY…
-Mon ange, j’ai quelque chose à te dire
Je le regardais avec tendresse, un hochement de tête l’invitait à continuer, je ne parlais pas, je l’observais, on s’observait… ( gestes calculés)
-J’ai un poste à te proposer, je sais que ce n’est pas le moment mais depuis que tu m’avais parlé de tes problèmes au travail j’ai de mon côté cherché la solution…Crois moi, je ne fais jamais cela avec tout le monde mais toi, tu es ma chérie et je sais que tu es compétente !
-Dans ta boîte ? tu en es sûr et pour quel poste ?
-Oui ma chérie, t’as un potentiel énorme et tu mérites le meilleur,pour le poste on verra plus tardil griffonna sur un papier un chiffre (parler d’argent devant une femme c’est pas classe !)
En me tendant le papier j’y vois la somme de 3 800 € !
-3800 € ! C’est tentant
-T’as tout à gagner en restant avec moi bb
C’est le prix de quoi exactement ? ma liberté, la vengeance, ou une fellation de temps à autre ?Ah naïveté quand tu les tiens !
-Oui mais tu sais bien qu’on ne quitte pas une boîte comme ça du jour au lendemain, c’est vrai que je n’ai eu aucun retour de leur part concernant ma demande et une démission les fera réfléchir mais quand même !
( je joue le jeu voyons, je ne lui ai rien dit sur mon augmentation qui est certes inférieure à ce qu’il me propose mais jamais je ne travaillerai pour ou avec un homme avec qui je couche ! C’est un principe ).
-Justement chérie, vaut mieux la leur donner le plutôt possible, tu attends quoi ? et puis je dois mettre tout en place avant mon voyage à NY ! envoie-moi ton contrat de travail et mon avocat se chargera de tout éplucher, peut-être même que tu peux partir avant la fin du mois ! je me charge de tout, je te veux entièrement à moi, professionnellement, sentimentalement et physiquement mon amour…Il sauta sur moi tel un lion sur une gazelle et je me laissais faire…
Je suis rentrée chez moi vers 03h du matin, comblée de tout…Je t’aime ma salope, dis-je à mon reflet dans le miroir, non je n’étais pas pompette mais j’étais juste heureuse d’être ce que je suis : Une femme dangereusement impitoyable…
Le week-end fut bref, je n’ai pas vu les semaines passées et Fred s’impatienta de voir ma démission sur le bureau de mon manager ! pourquoi une telle impatience ?!j’ai déjà la réponse mais…
Lundi 26 avril, j’ai envoyé un sms à Fred expliquant que ma démission fut donnée et à ma grande surprise elle a été acceptée par ma direction, il m’appela de suite, je l’ai rappelé 20mns plus tard prétextant que je ne pouvais pas répondre car j’étais dans le bureau de mon manager. La vérité c’est que j’étais en train de monter un scénario de démission afin de le convaincre de la véracité de la chose.
-Bravo ma chérie, c’était la bonne décision, maintenant je prendrai bien soin de toi, je te l’avais promis bb, tu ne vas pas le regretter. Christian (son avocat) T’enverra ton contrat avant vendredi. Je dois te laisser bb j’ai une journée chargée et j’ai un meeting qui m’attend.
Du lundi au jeudi je n’ai reçu de lui que trois appels, overbooké, il règle tout avant son départ dimanche 02 mai à NY…Les ma chérie, bb , mon ange, mon cœur se faisaient rares, tout cela je m’y attendais, je le savais, mais la partie n’était pas finie…
Jeudi je lui ai laissé 4 messages, à chaque appel je jouais le rôle de celle qui est désespérée, déprimée, limite le suppliant de me rappeler, vendredi il m’envoya un sms pour me dire que sa DRH me contactera bientôt pour me proposer quelque chose…
Je n’ai jamais autant rigolé de ma vie comme ce jour là, je remerciais le bon dieu de m’avoir doté du bon sens et d’un 6ème sens infaillible !
20h30,je sonne à sa porte, il ne s’y attendait pas, généralement il rentre tôt chez lui le vendredi. Visage fermé, il m’invita à entrer…
-Tu as oublié les bonnes manières chéri ? tu ne me proposes rien à boire ? T’as du champ je veux bien une coupe !
Je ne cherche pas à noyer quoique ce soit j’étais là pour festoyer, je suis très en forme bien au contraire.il s’exécuta sans dire un mot, la surprise fut grande, sa main tremblait…
-Santé, beauté chéri !
-Pourquoi t’es là, je suis désolé mais actuellement je ne peux rien faire pour toi, j’ai laissé tes coordonnées à Nathalie elle te contactera quand un poste se libèrera….
-No stress darling, je ne suis pas venue pour ça tu sais, je n’ai jamais suivi que mon instinct et rien d’autre que mon instinct peu importe le conseil qu’on me donne.
Sais tu que le jour où tu m’attendais devant chez moi je savais déjà que tu n’étais pas là pour renouer avec moi mais pour te venger, comment un homme comme toi si intelligent pouvait croire qu’une femme comme moi baisserait sa garde aussi facilement aussi bêtement !je savais dès cet instant là que tu voulais me détruire, je t’ai blessé avec mon indifférence, t’avoir jeté toi Fred que tout Paris respecte c’était inacceptable n’est-ce pas ? une garce comme moi doit le payer cher, mais vois-tu j’ai joué avec toi comme toi tu l’as fait avec moi, dans les règles de l’art…Pour info, je n’ai jamais donné ma démission, bien au contraire j’ai été augmentée et récompensée pour mes efforts et mon professionnalisme, j’aime Com. je m’y sens bien et je suis attachée à cette boîte. Comment as-tu pu croire que je braderais mon âme contre tes 3800 € ?que je sois dépendante de toi, que tu sois maître de la situation ?! mes appels mes histoires que je te racontais, tout était prémédité, je n’étais pas naïve Fred, oh que non, je suis passée te dire que j’ai gagné et que t’as perdu…Au fait, bonne soirée et bon voyage Chérrrrrrrrrrrri.
J’a posé ma coupe de champagne sur sa magnifique table basse laquée importée de chine, il était scotché à son fauteuil comme un enfant tétanisé par un film d’horreur…je l’ai embrassé sur le front et j’ai quitté son appartement plongé dans un silence inquiétant…
Je ne me suis pas retournée car la seule image qui comptait à ce moment là était celle de mon visage et ce regard espiègle qui ponctuait un moment de victoire sur le plan machiavélique d’un homme. Devant le miroir de l’ascenseur je suis redevenue moi-même …Narcissique que je suis !
Une fois dans la rue, une sensation de légèreté traversa mon corps, la grande roue de la place de la concorde face à moi continuait de tourner avec élégance et me rappela celle du destin …Qui tourne, tourne, tourne...



JAS, extrait de mes "Histoires Inachevées", 05/09/ 2010