Dans cette fin de nuit tiède,

j'ai voulu ensevelir ton corps sous une montagne de tendresse.

Amour tu m'étouffes,

Tu violes ma pensée et mes gestes, où que j'aille sans fin tu me tourmentes.

Te détruire pour ne plus te perdre,Te pleurer pour ne plus te maudire,T'écrire pour ne pas oublier

T'enlever des lèvres ce sourire qui brillait,

Le poser dans mes yeux pour effacer ma peine.

Te voler la chaleur de ton corps,ce brasier qui m'a consumé pour me laisser cendres à te pieds:

Déchiquetée.

T'arracher sauvagement le velours de ta peau pour m'en faire un linceul,

Et me fondre, me confondre à toi dans un balancement éternel.

M'abreuver enfin de ta sève, étancher ma soif de toi dans ton sang et mourir.

Mourir enfin, m'emplir de toi.

N'être plus qu'une incandescence, dans la chaleur moite de cette nuit.

M'éteindre alors doucement.

Offrir ma lumière à l'aurore, pour que le jour à nouveau donne

Un souffle à mon corps sans vie.