L'anecdote qui suit est rigoureusement exacte, elle est rapportée par J.A. GREGOIRE dans son livre "50 ans d'automobile" Le célèbre ingénieur constructeur, pionnier français et premier fabricant national de voitures utilisant cette technologie, croyait aux vertus publicitaires de la course. Il y rencontrait d'ailleurs du succès et était lui même un pilote convenable.

En 1928 il engage au Mans trois voitures dont une Gephi bien rodée et deux protos de 1100 et 1500 cc.

La Gephi est confiée au pilote atgentin Hector Vasena

Les grandes rivales des TRACTA étaient les SALMSON. Or manifestement elles étaient bien plus rapides. En 1100 cc elles arrivaient à tourner à 92 de moyenne contre 90 à la TRACTA 1100

Et la Gephi bien au point ? Eh bien elle tournait régulièrement à la moyenne fixée par Grégoire... 80 km/h seulement pour finir car on craignait pour le moteur estimé plus fragile. Vasena était un vrai métronome mais c'était aussi un pilote jugé très rapide... Trop rapide !

Les SALMSON dominèrent et après la course Grégoire reçut un choc en apprenant comment son pilote avait pu être aussi régulier.

Rapide et adroit il poussait sa voiture à fond partout, laissant les SALMSON sur place ! Craignant de se faire engueuler par son patron qui lui avait imposé un ordre de marche très strict il s'était lié d'amitié avec des campeurs installés au virage d'Arnage.

A chaque tour il garait sa voiture, se tapait un verre de rouge, dansait au son de la guitare, consultait ses chronos et repartait pour passer devant les stands dans les délais qui lui avaient été fixés... Et ceci durant 24 h (il n'a pas été relayé... c'était fréquent alors.)

Ce qui fait en moyenne près d'une heure d'arrêt tango ! Quatre bons litres (au moins) de gros rouge qui tache, les remords de Grégoire et le souvenir d'une époque irrémédiablement perdue !

Merci Hector, tu étais un Humain, un grand ! Tu n'étais pas un robot gavé de sucre lent (sans parler d'autre chose)