COMME CERTAINS ET CERTAINES LE SAVENT, JE SUIS UN HOMME MARIE.

MA COMPAGNE A UNE ÂME D'ARTISTE ET A CHOISI D'ECRIRE DES HISTOIRES SOUVENT AMUSANTES, PARFOIS GRAVES, POUR DISTRAIRE NOS SIX PETITES FILLES.

ELLE A AINSI UN PETIT REPERTOIRE D'UN QUINZAINE D'ECRITS TOUS TRES DIVERTISSANTS. ILS ONT FAIT L'OBJET D'EDITIONS.

JE VOUS PROPOSE  :

 

  

 

Il était une fois une jeune souris qui s'appelait Félicie. Elle vivait heureuse dans la cave d'une petite maison, entourée de sa famille et de ses amis, Gaston le hérisson et mademoiselle Pépette, la chatte de la maison. Monsieur Rat des Villes, son père, pensait qu'il était grand temps pour Félicie de trouver un époux. Madame Rat des Villes n'était pas de son avis et pensait au contraire que la petite avait tout le temps. Et le temps passait... Puisque Félicie ne se décidait toujours pas, son père choisit pour elle Polo Rat d'Egout. Héritier, par sa famille, des sous-sols de la ville, Polo était un beau parti. Seulement voilà, Félicie n'aimait pas Polo et le peu qu'elle l'avait vu, il lui avait déplu. Elle lui préférait Milord Rat des Champs qui, malheureusement, ne plaisait pas à ses parents.

 

La date des noces avait été fixée au début de l'été et plus elle approchait, plus Félicie désespérait de voir son père s'obstiner à la marier. Elle en parla à ses amis qui décidèrent de l'aider.

C'est d'abord Gaston le Hérisson qui rencontra monsieur Rat des Villes.

- Vous allez faire alliance avec les Rat d'Egout à ce que l'on dit !

- Oui et je m'en réjouis. Répondit monsieur Rat des Villes.

- Plus que votre fille à en voir votre mine, mais dites-vous que si ce mariage doit se faire, vous goûterez à mes épines !

Nullement impressionné, monsieur Rat des Villes se mit à rire. Ha Aa ! Ha Aa ! Ha Aa ! Tu veux me faire peur Gaston ? Demanda-t-il en continuant son chemin tout en riant. Un peu plus tard, mademoiselle Pépette, à son tour vint trouver monsieur Rat des Villes.

-Vous allez faire alliance avec les Rat d'Egout à ce que l'on dit !

- Oui et je m'en réjouis. Répondit monsieur Rat des Villes

- Plus que votre fille à en voir votre œil vif, mais dites-vous que si ce mariage doit se faire vous goûterez à mes griffes !

 

Monsieur Rat des Villes ne riait pas cette fois. Il n'avait jamais reçu un coup de griffe de Mademoiselle Pépette, mais d'autres en avaient pris et mieux valait ne pas s'attirer d'ennuis.

Inquiété par toutes ces menaces, il fit savoir à la famille Rat d'Egout qu'il changeait d'avis. A la grande joie de Félicie, il se rendit sur-le-champ chez les Rat des Champs demander la main de Milord. Les familles eurent vite fait de s'entendre et lancèrent les invitations. La famille Ragondin, la famille Rat Musqué, la famille Musaraigne, la famille Chauve Souris, personne ne fut oublié. Et naturellement, Gaston le Hérisson et mademoiselle Pépette furent aussi conviés.

 

Enfin le jour des noces arriva. Monsieur Beloeil, l'Ecureuil, maître de cérémonie, avait bien du mal à contenir les curieux pressés de voir les mariés. Quant ils apparurent enfin, la foule se mit à applaudir et à crier :

- Vive les Mariés ! Vive les Mariés !

Félicie, vêtue d'une robe d'organdi et coiffée d'un long voile tissé par Aglaé l'Araignée, au bras de Milord était rayonnante de bonheur. Derrière eux, messieurs Rat des Villes et Rat des Champs, très élégants dans leurs beaux habits, conduisaient le cortège des invités. Madame Rat des Villes essuya une larme et madame Rat des Champs en fit autant.

Dans la foule, au premier rang, madame La Taupe et madame La Fouine faisaient la conversation.

- Vous voyez qui je vois ? S’écria soudain madame La Fouine.

- Mais qui donc ? Demanda madame La Taupe affolée.

- Gaston le Hérisson et mademoiselle Pépette. Hurla madame La Fouine

- Ils ne sont pas de la famille, pourquoi sont-ils invités ? Interrogea madame La Taupe en les regardant parader. Mais elle n’obtint aucune réponse. Et déjà le cortège s’éloignait.

Tous les invités, se réunirent dans la maison de la famille Rat des Villes ou les attendait un bon repas. Blé à volonté, noisettes, poisson séché, fromages variés, légumes frais, sans oublier la traditionnelle pièce montée, en gruyère, joliment sculptée. Dans la soirée, quand monsieur Rat des Champs qui n’avait plus chanté depuis longtemps, entonna sa chanson préférée.

 

 

" Quand le chat n’est pas là, les souris dansent.

Les souris dansent.

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent la polka ”

 

tous les convives se levèrent pour danser. Même mademoiselle Pépette, toutes griffes rétractées, esquissa quelques pas.

 

Les festivités ont duré trois jours. Jamais de mémoire de souris un mariage n'avait été si réussi et n'avait réuni tant de monde. J'y étais.

 

 

MARIE GARANDE VOUS EMBRASSE TOUS