Dieu est mort, les dieux sont morts, on nous l'a répété tellement de fois, il serait complètement absurde de remettre ce fait en question ; mais par quoi ce concept divin, tellement utilisés de par les siècles, a-t-il pu être remplacé dans l'inconscient collectif? un gourou indien estime que le mot « Dieu», a été remplacé dans le langage courant, en termes d'importance et d'impact par le mot "fuck"; et pourquoi pas ? Ce n'est pas plus bête qu'autre chose, il faut dire ce qui est, quand on regarde autour de soi ce n'est finalement pas très loin de la réalité...


mais il faut croire que ça ne suffit pas, il faut croire que la notion de divinité occupe un espace spécial dans la psyché collective, à tel point qu'il est nécessaire de combler le vide par n'importe quelle absurdité nous permettant de nous rattacher à quelque chose de supérieur; on ne croit plus en Dieu, mais on croit aux extraterrestres, aux complots gouvernementaux, aux conspirations mondiales, en Rael ou la scientologie; ce besoin de croire, mélé au fait que la technologie est devenue de plus en plus incompréhensible à l'homme ordinaire, (se parant de ce fait d'une aura « magique ») amène les hommes à créer de plus en plus d'absurdités conceptuelle;

il y en a une particulier sur laquelle j'aimerais attirer l'attention :le transhumanisme
qu'est-ce donc que cela?
tout simplement un ensemble de textes, une nébuleuse de sites Internet, regroupées autour d'une idée, d'une foi même pourrait-on dire,tant ce qu'ils avancent et ce en quoi ils croient me paraît, à moi, inconcevable et complètement dingue.
les transhumanistes croient dur comme fer à la science comme seule voie de salut de l'homme, la science seule pourra nous sauver, et mieux que ça, pourra nous faire évoluer! je ne vous mettrais pas de lien vers ses sites, une simple recherche Google vous amènera directement à leur présentation philosophico-mystique des bienfaits de la micropuce

car en effet, seul la micropuce permettra un jour de nous affranchir de la matière, des limites spatiales et temporelles de notre corps, et même, de la mortalité; le transhumanisme croit dur comme fer qu'un jour il sera possible de transférer nos consciences, dans leur intégrité, dans des microprocesseurs, permettant ainsi de vivre à l'infini et, je cite,"de pouvoir explorer toutes les facettes de notre être".

je ne sais pas si c'est une secte, car, en me baladant de site en site, je ne vois nulle part de souscription pour des stages de formation, ou autre genre d'attrape-nigauds; cela ressemble beaucoup plus à une simple profession de foi exprimée par des savants, des allumés, des professeurs, etc.

au-delà du ridicule qui réside dans l'idée de tout espérer de la science, alors que, rappelons-le, la recherche scientifique est d'abord motivée par des intérêts militaires dans la plupart des pays occidentaux, l'idée même de transférer sa conscience dans un ordinateur est la négation de tout ce que l'humain a de meilleur en lui; la négation de ses capacités créatives, ses capacités à imaginer et construire un monde meilleur, de capacité à communiquer, dialoguer, échanger ; c'est l'abdication face à un système mécanique incompréhensible ; on pourra toujours dire, c'est vrai, que l'homme a apporté la guerre, qu'il est cruel, avide, qu'il a un mauvais fond, et que donc seul la régulation scientifique permettra de le sauver...
vision totalitaire et fascisante de l'avenir...

c'est oublier qu'avant l'arrivée de l'homme blanc, dans quelques endroits de par le monde, certaines sociétés, certains peuples vivaient harmonieusement avec leur environnement, ne travaillant que deux à trois heures par jour pour assurer leur subsistance, sans idée d'accumulation, ni de compétition économique, tout en étant dotés d'une science de l'ame ultra-développée (cf Other worlds, Ian kounen; et Mircea Eliade, "Chamans et chamanisme")...
ce qui permet de dire, que si le mal est intrinsèque à l'humanité, alors le bien aussi, donc il n'est nul besoin d'une régulation scientifique de l'humanité mais juste d'un peu d'efforts...

Pierre Bordage, dans son roman "Wang", nous présente comme alternative à l'humanité une bande de rebelles qui vivent comme des rats sous terre, l'esprit en permanence connecté en réseau, les jambes et les bras atrophiés, qui n'ont plus aucun contact physique et qui finissent par décoller pour une autre planète, fuyant la misère du monde; il présente ça comme quelque chose de fantastique, je n'y vois qu'un cauchemar
et même si nous sommes pervertis par des générations et des générations de bourrage de crâne, rendus insensibles et apathiques à tout ce qui nous entoure, vivant comme des poulets de batteries pour travailler 40 ans et crever sans avoir rien vécu, je préférerais toujours croire en nos capacités d'êtres humains, en la possibilité d'un jour se réveiller de cette absurdité plutôt que de croire en la sacro-sainte micropuce

pour finir, une fois n'est pas coutume car bon sang, j'aime vraiment pas la nouvelle scène française, cette petite chanson, en vous souhaitant de bonnes vacances, le moins connectées possible