A notre âge, on se rapproche davantage d'un club du 3ème âge que d'un club de loisir ou du patronage et pourtant, vous connaitre, savoir que êtes entrain de me lire votre visite me rajeuni, J'ai encore le souvenir des réunions de famille où tout était prétexte pour se retrouver, baptêmes, communions, mariages, quel privilège. Avec l'âge la mémoire devient sélective et trie les bons moments, la "vogues" sur la place entre l'église et le buste de Marianne. Les repas de famille étaient préparés à la maison pour quelques fois des dizaines de personnes. Comme il n'y avait plus de transports en commun à cette heure tardive et qu'aucun ne possédait de véhicule individuel, beaucoup dormaient sur place, on séparait le matelas du sommier que l'on posait sur le plancher ou bien pris par le sommeil certain faisait leur somme la tête appuyée sur la table. Le confort était absent, les logements étaient petit, il n'y avait pas autant de chambre que d'enfant.
A cette époque on allait à l'essentiel, il n'y avait pas de téléphone, ni de télévision, on écoutait la famille Duraton à la radio, les chansonniers du grenier de Montmartre, L'équipe commentait déjà l'arrivée du tour de France.
Aujourd'hui, on ne se parle plus, il suffit d'un clic pour que l'information traverse la planète en une seconde, on écrit phonétiquement, tant pis pour notre langue française.
Cela va vite, C'est le temps du T.G.V. Mais nous gardons le souvenir des trains à vapeur
nous barbouillant le visage d'escarbilles, heureusement éteinte à l'arrivée.
________________________________________