« La pression, même si je reste sur mes premières impressions, c’est quelque chose de précieux… on avance rarement sans ! ». KOSHON , extrait du titre c’est sale…

Né le 28 mai 1977 à Bangui ( République Centre Africaine ), c’est en 1980 que Idi débarque en France.

Une enfance assez agitée due au divorce de ses parents ont fait que très jeune, il a du apprendre à affronter les dures lois de la vie avec son grand frère. Son adolescence, marquée par des troubles du comportement le pousse à se renfermer sur lui même et à renvoyer une image assez froide. Mais c’est derrière une carapace que ce grand bonhomme au physique imposant ( 1,90 M pour 95 Kilos ) mais au coeur tendre se cache.

Dés l’age de 14 ans, il se découvre une passion pour l’écriture.

Des poèmes, il passe aux textes puis fini par se laisser tenter par la scène. C’est donc en 1992 qu’il franchira le pas lors d’un concert organisé par la MJC du MEE SUR SEINE ( 77 ) accueillant TONTON DAVID.

Des rêves pleins la tête, il s’exile aux « States » pendant 3 ans pour y poursuivre ses études et y jouer au Basket. Mais là encore, les choses tournent mal et son retour forcé en France lui laisse comme un goût amer ! Envi de rien et marre de tout…

6 mois passent. C’est alors que poussé par son grand frère, il se remet à l’écriture et livre en 1 heure un texte intitulé : « Maman, t’as vu… » retraçant son parcours et bourré d’émotion. Titre que l’on retrouve sur un premier disque sorti en 2000 qui tourna en radio locale.

Remarqué par un DA de chez M6 Music, le rendez vous fut pris mais aucun accord passé compte tenu de l’instabilité du staff en place à l’époque.

Même si aujourd’hui certains médias ignorent tout de KOSHON, il fait parti de ces artistes dont le nom reste sur les lèvres. Il est passé par bon nombre de départements ( 91, 77, 59, 62, 84 ) pour se poser dans l’Aude ( 11 ) et plus précisément à Narbonne et dit ne représenter aucune cité.

A l’heure où le Rap Français est considéré comme un genre musical violent. Beaucoup resteront bouche-bée à l’écoute du timbre de voix particulier de cet artiste dont l’émotion selon les thèmes abordés respire le vécu.

A la question : « Pourquoi avoir attendu tant d’années avant de sortir un album ? » Koshon vous répondra : « Mon silence en a poussé beaucoup à penser que j’étais muet, j’ai laissé faire mais lassé, j’ai lissé mon album et aujourd’hui il a mué ! ».

Mais au fait : Pourquoi KOSHON ?

Parce que les gens aiment parler même quand ils n’ont rien à dire… «celui qui SAIT ne DIT rien et celui qui DIT ne SAIT rien !»

A bon entendeur, salut !

Voici donc une Vidéo de son titre "Toi même tu sais"