EXCEPTIONNEL !!!

"Des rallyes, j’en ai disputé... et des beaux, mais le rallye des vins MACON c’est autre chose !!..."

 Ce sont les premiers mots qui me sont venus à la bouche lorsque Gilles GAILLARD, le speaker du rallye m’a tendu le micro pour recueillir mes impressions à l'issue de ce 25ème Rallye des vins MACON.

Mais que c'est-il passé pendant les quelques jours qui ont précédé ?vous voulez le savoir ?

Alors montez, et en route !!.....

 Après notre seconde place deux semaines auparavant, au Rallye DIJON COTE D' OR derrière Jean Marie CUOQ et devant Jean Paul GROHENS, se profile le Rallye des vins MACON. Toujours un évènement aux yeux de Christophe comme aux miens, tant ce rendez vous annuel nous procure un immense plaisir. Déjà bien avant de copiloter Christophe, la participation à ce rallye m'est devenue instantanément incontournable. Lorsque j’ai découvert en 1989 le rallye des vins, je suis littéralement tombé "amoureux" de cette épreuve. La région, le parcours, mais surtout l'accueil et la compétence de l'équipe organisatrice font que cette épreuve, qui fête cette année son 25ème millésime ne donne qu'une envie :REVENIR !!.

Bien sûr les résultats obtenus depuis maintenant 10 en compagnie de mon "Vaisounnet" abondent dans ce sens, ce sentiment étant partagé par bon nombre de participants.

 Cette année anniversaire marque un virage important pour l'ASA des vins MACON. Après avoir prouvé pendant un quart de siècle son savoir faire en matière d'organisation, (sans pour autant accéder au niveau suprême du cercle très fermé des rallyes du championnat de France excepté en 2003 pour ôter une épine du pieds de

la fédé), une réflexion émergea fin 2006. Je suis très heureux, en compagnie de notre nouveau président de ligue Bernard DEMEUZOIS d'en être un peu à l’origine. Elle fut la suivante :

-L' inscription de cette épreuve au calendrier international.

Puisque la proximité du Rallye LYON CHARBONNIERE avait tendance à barrer la route au plus haut niveau national, je dis à Alain GELY:

"allez voir au dessus.... si la FFSA reste insensible à vos compétences, proposez les à la Fédération Internationale Automobile !!...."

Ce qui fut fait, après avoir reçu la bénédiction des membres de l'ASA.

 Notre 1ère participation à ce rallye international des vins MACON, nous ne voulions surtout pas la manquer et saisir l'occasion d'y inscrire nos noms au palmarès. Et pourtant ça a bien mal commencé.....

 VERIFS, APERITIFS

 Après les traditionnelles vérifications administratives et techniques du vendredi soir, au milieu du parc des expositions de la ville de MACON, nous garons nos deux magnifiques 206 WRC affublées de leur numéro respectif: Le 1 pour JPaul vainqueur l'an passé, le 2 pour nous. L'idée depuis quelques années de baser le rallye ici plutôt que le long des quais de Saône a l'avantage de réunir à la fois, le parc fermé, le parc d'assistance, le parc de regroupement, le PC course, la salle de presse, le podium mais aussi, très important, le village partenaires qui offre au public  une ambiance festive et conviviale, le ton et l'âme de ce rallye.

Le découpage de l'épreuve cette année est identique à ses devancières si ce n'est la spéciale d'Igé Cortambert à disputer trois fois au lieu de deux le samedi. Le kilométrage est donc en légère augmentation en raison de l'inscription en inter. 13 spéciales, 7 le samedi (93 KMS), 6 le dimanche (83 KMS). L'incontournable spéciale du col des ensceints (18,7 KMS) et la petite de CHARNAY (3,2 KMS) en banlieue de MACON sont au menu du samedi.

                           

Pour le dimanche, trois spéciales à faire deux fois chacune. BERZE/AZE une régulière de 15 KMS, BRANCION/ROYER/TOURNUS partiellement connue 16 KMS, et l'ancienne LUGNY/VIRE qui revient depuis l'an passé alors qu'elle n'était plus organisé depuis 5 ans (10,450 KMS). Mais occupons nous déjà de samedi. L'ordre des spéciales n'a que peut d'incidence sur la stratégie de la course, il va falloir attaquer....

 Les forces en présence pour ce 25ème opus sont nombreuses et variées, même si la lutte pour la victoire devrait se jouer entre les deux 206 du team Vaison Sport. Deux autres WRC sont au départ: la 206 de Georges GUEBEY qui devient un habitué de MACON, tout comme Nicolas ROUX le concessionnaire VW AUDI SKODA de BOURG en BRESSE au volant de son OCTAVIA WRC ex AURIOL.

Les 306 MAXI de Cyrille ODDOUX (notre ancienne voiture...qui nous manque...) Guy MOTTARD et le normand Bruno REYDELLET pour qui c'est une découverte, sans oublier les trois porschistes Hervé VERICEL, Fred CHAMBON et Michel GODARD (avec une nouvelle GT3) qui chercheront à n'en pas douter une place sur le podium. A noter la présence de Manu GUIGOU, pilote officiel Renault Sport et habitué des manches du championnat de France, présent avec une très belle CLIO R3 ACCESS démontrant ainsi l'intérêt porté par la marque au losange pour une telle épreuve.

 UN "PILOTE" DE MARQUE.....Daniel ELENA

 Si la présense d'un quadruple champion du monde des rallye a de quoi interpeller et éveiller la curiosité des médias, c'est une réussite.....Copilote de Sébastien LOEB depuis une décennie, Daniel

ELENA monégasque de naissance mais Bourguignon de coeur, a souhaité venir reprendre le volant sur les lieux du rallye où 10 ans auparavant, il rencontra celle qui allait devenir sa femme. Pour le seconder, il a fait appel à son ancien partenaire et "sauveur" Richard PARISOT, concessionnaire CITROEN de la région bourgogne qui avait permis aux deux jeunes champions de poursuivre leurs aventure, après une sortie de route malheureuse en 2000 (et oui ça arrive!!...). Manifestement, la présence de Daniel à MACON a apporté un gros plus à la fête...

 

 JEAN PAUL QUI RIT ET CHRISTOPHE QUI PLEURE

 Parti chaussé de pneus aussi neufs qu'une 206 en bout de chaîne à MONTBELLIARD, nous voilà bien décidés à tout donner dès la première spéciale. IGE/CORTAMBERT 16,820 KMS. Nous n'avons pas disputé le rallye l'an passé car notre voiture ne marchait pas bien, mais nous avions fait les recos. En revanche JPaul lui l'a fait et bien fait puisqu'il l'a remporté, et un passage en course c'est mieux que les recos. Oh je ne suis pas en train de me dédouaner d'une quelconque contre performance, mais au départ de cette spéciale le doute est autorisé... Devant nos yeux, le cul de la 206 de JPaul, le décompte, un démarrage en légère montée, la procédure de départ enclenchée, le régime moteur qui gronde, 5, 4, 3, 2, 1, GO et là un point rouge qui disparaît à une vitesse vertigineuse....

P.....N !!!....comme ça part son truc!!!...

Et c'est notre tour..... Même procédure avec cette petite variante dû à la différence entre la 2000 et la 2003.  C'est plus difficile pour nous avec l'embrayage, mais bon on ne va pas faire les difficiles avec une WRC, car dans la 106 N1 c'est encore moins bien n'est ce pas ? La montée vers la croix Montmain, pas terrible en trajectoire...la descente vers CLUNY, que nous connaissons bien, c'est notre base d’essais habituelle: pas mieux... La montée vers DONZY, sinueuse puis très rapide: brouillon....Changement de direction en Gauche Droite pour bifurquer vers CORTAMBERT avec une descente de barjot pour finir sur une épingle Gauche et un double droite rapide sur l'arrivée. 

Mauvais!!....et moi TRIPLE MAUVAIS!!!....une faute de débutant, je coupe l'élan, déjà pas bon depuis le départ, en stoppant Christophe au panneau jaune au lieu du rouge de la ligne d'arrivée. N'importe quoi !!....Bon, on n'a pas perdu 5 secondes dans l'histoire, mais quand même...le verdict tombe: 9 secondes 1....

 OUFF !! Un premier uppercut de Jean Paul....

 derrière, c'est MOTTARD qui fait la police.....il fallait que je la fasse au moins une fois celle là !!.... il est 5 secondes derrière nous, suivi par VERICEL à 2"7, l'excellent Seb BERNOLLIN puis Fred CHAMBON.

Il faut vite se remettre les idées à l'endroit, car après un rapide passage au refuelling de La Valouze (pour remettre du carburant)  direction NOTRE SPECIALE: BOURGVILLAIN/SERRIERES 18,280 KMS. Là, nous sommes bien décidé à redorer notre blason... Celle là on la connait par coeur....Il y a deux ans, c'est dans cette même spéciale que nous avions sellé notre victoire avec la 306 MAXI...contre JPAUL déjà avec la 206.

ALORS?!!.....

Je le regarde à nouveau effectuer son départ.....ppff!!! Je crois que je vais arrêter de regarder!!.... ça part comme une boule de flipper son truc !!...

A nous!!...oui.. Bon d'accord ça marche aussi notre truc....

Une belle attaque, mais qui manque de fluidité, d'homogénéité...Pas aussi bon dans les freinages qu'à DIJON, bien dans un virage, moyen dans le deuxième, mauvais dans le troisième.....pas excellent tout ça!!!!!

NON....JE N'Y CROIS PAS.......NOUS SOMMES DERRIERE!!!!!.....pour deux secondes !!!....

OUFF!!!...Crochet au menton !!!...AIE!!!....ça fait mal là...

 "L'ancien" vient de nous battre dans NOTRE SPECIALE, il a osé le bougre !!..

 

Il reste la minuscule spéciale de CHARNAY où là nous n'avons jamais été devant lui auparavant. On ne va-tout de même pas rentrer à MACON avec une pâté sur les trois chronos.

Mais si !!... nous sommes capables de le faire.... Mieux même, nous faisons le troisième temps à 2"7 de Jean Paul et  1"4 d' Hervé VERICEL. Ca n'est pas non plus honteux d'être derrière le lyonnais, mais quand même!!... Pour des gens qui on la prétention de reprendre leur titre, en roulant comme ça,  ça n'est pas gagné !!...

 REAGIR !!.......

 Cette situation, nous l'avons déjà rencontré durant nos différentes campagnes; il faut trouver la solution rapidement pour ne pas sombrer dans une spirale négative et annuler nos chances de victoire. Souvent, la réponse est psychologique... un changement de réglage d'amortisseur, des disques de frein ou les barres de torsion et c'est parti.... Mais même si tout n'est pas homogène, je pense que le problème est plus dans la voiture que la voiture elle même...Nous devons attaquer encore et encore et c'est tout....

Au départ du deuxième tour, les écarts sont les suivants: JPaul devant avec 13"4 d'avance sur nous. Derrière VERICEL à 40"7 et 4ème Guy MOTTARD à 42"8 du leader. Ah bah oui ça avance quand même les WRC...... il faut vite revenir....

2ème passage dans IGE, nous avons un peu plus de repères mais notre copain ne va rien lâcher, bien au contraire. Je le sens même assez décontracté, pour ne pas dire serein. Si notre temps est meilleurs qu'au passage précédent (normal !! on est allé jusqu'à la ligne cette fois !!!...) on mange encore... 1"5 de perdu.. On attaque, mais ça manque de fluidité. Incroyable!!! On roule comme si cela faisait 6 mois qu’on n’avait pas mis le C.. dans la caisse !!...

Ne pas céder à la panique, nous roulons vers BOURGVILLAIN qui va peut être nous permettre de nous refaire un peu ? A condition "d'envoyer"... Là, je peux vous dire que VAISON est véxé et ça se sent dès le 1er virage. Grosse attaque, un peu brouillon, mais généreux.....comme j'aime.

Verdict : Scratch !! Le premier du week end !!.. Ça fait du bien mais surtout moralement, parce que dans le concret nous reprenons 8 malheureux dixièmes sur Jean Paul qui est bien décidé à conserver son titre.

Maintenant, il faut commencé à penser à demain.... il reste la petite à faire, puis une dernière à IGE où nous n'avons pas encore pris le dessus, dans aucune des deux sur JPaul. Donc limiter les dégâts au maximum afin de conserver nos chances pour le deuxième jour. Je crois que pour CHARNAY nous n'y arriverons  jamais. Même en passant 20 fois, JPaul sera toujours devant... Il nous colle encore 3" pleine !!!.... stupéfiant (c’est peut être ça le truc ?... non je déconne !!...)

Ce qui fait qu'au départ du parc d'assistance pour la dernière du jour, nous possédons 17"5 de retard. Il faut absolument rentrer avec au maximum 20" de débit pour

Entretenir nos chances. Mais un petit changement va donner un peu plus de piment à cette course. Epargné jusqu'à présent, la pluie fait son apparition. Un petit tour avec les pneus pluie pour voir comment ça va se goupiller? Une bonne façon de juger les forces sur un sol humide, surtout que demain météo France en a annoncé plein.

 Les 4 roues motrices dans ces conditions c'est vraiment efficace, mais l'un et l'autre nous les avons, donc match nul. Alors banzaï..... Une belle attaque généreuse, pas du grand VAISON, mais du meilleur VAISON et résultat SCRATCH !!!....

 

 

YYYYEEESSS !!... là vous vous dites: ils lui ont collé 30" et bien non !!...1"1 et c'est tout !!....Ni plus ni moins.

 Mais ce qui est important, c'est que l'écart pour demain ne sera "que" de 16"4, et dans cette situation je préfère être, même si tout ce qui est pris n'est  plus à prendre, le chasseur plutôt que le lièvre. Le classement derrière est le suivant : 3ème H.VERICEL à 1'43"5, 4ème G.MOTTARD à 1'49"5 suivent F.CHAMBON et E.BOUHOT à 3'05"2 et 3'22"5 du leader.

 DEMAIN EST UN AUTRE JOUR

 Après une bonne nuit de sommeil, le premier oeil ouvert est pour la fenêtre, afin de voir si le sol est sec ou mouillé, et si le ciel nous amène les bons éléments. Au petit dej, Jean Paul et Eric toujours aussi détendu, et mon "TOF" plutôt décontracte.... direction le parc. En prévision d'une journée haute en émotion, la décision a été prise de changer les disques et les plaquettes de notre 206, Christophe n'ayant pas eu une sensibilité libératrice sur la journée d'hier. Je me calle avec JEAN et SEB pour la gestion du carburant afin d'embarquer le minimum de poids. Bref c'est "la guerre" qui s'annonce.

Le ciel est nuageux mais le plafond est haut, donc slick pour tout le monde. Et là, pendant le routier qui nous mène à la 1ère ES du jour, que nous connaissons plutôt très bien, petit briefing dans la voiture. Je connais bien mon CHRIS, je lui donne donc ma façon de voir. Très franchement, je ne sais pas si ça va porter ses fruits, mais il sait faire la part des choses, et si je ne dis pas trop de conneries, ça peut marcher. Pour vous résumer, le discours est simple: La voiture est bonne, les pneus adaptés, donc il faut attaquer dès cette première spéciale. MARQUER LE COUP !!

Reprendre ne serait ce que quelques secondes, mais lui mettre la pression.... le pousser dans ses retranchements.

DEGOUPILLER !!

Ne plus s'occuper de savoir si c'est bien conduit ou pas, arrêter de se regarder le nombril, ATTAQUER A MORT !! Et nous verrons bien.......           

Ah, oui, j'allais oublier le rodage des disques..... bah oui !! Ils sont neufs, donc il faut les déglacer....... Le principe est simple, accélération maxi en 6, puis gros freinage jusqu'à arrêt total. Laissez refroidir avant de renouveler le processus 5 ou 6 fois. Servez chaud !!!!..... Non blague à part, il nous a fallu effectuer cette opération en nous rendant sur le départ de la spéciale, une bonne mise sous pression pour attaquer. Du coup les pneus étaient bien chauds, mais au départ, interruption de course une spectatrice a fait un petit malaise.....

20 minutes d'arrêt, pneus froid, le départ va être meumeu !!!!....

 PREMIERE ATTAQUE....

 Forcément JPaul et Eric, pendant ce temps, n'allaient pas "chasser" les champignons, et envoyer eux aussi; mais il fallait qu'on soit DEVANT, DEVANT, DEVANT.

En route pour 15 KMS de cette belle spéciale de BERZE. Le départ de JPaul, comme d'habitude, impressionnant, mais je me dis que ça ne lui suffira pas !!.... Et c'est parti pour un "G85 sur D60 coin maison". Les deux premiers virages donnent le ton déterminé d'un pilote en colère.

LA GROSSE ATTAQUE, le "SI CA PASSE CA VA FAIRE MAL....."

 Les kilomètres s'avalent à une vitesse éclair. Passage étroit dans les maisons puis la montée vers la croix MONTMAIN, comme hier mais par l'autre versant. Entrée dans le bois, pas mal, puis un Gauche très vite suivit d'un Droite un peu large en sortie et...... en 5ème, l'auto qui glisse, qui glisse, le cul commence à descendre dans le fossé, nous sommes à 140/150 Kms/h, il ne lâche pas, on arrive à s'extirper de cette situation compromettante, LUI ne laisse rien voir, (même s'il m'avouera un peu plus tard avoir senti postérieurement ses genoux chopper le Parkinson durant quelques secondes).....MOI : "bien joué mon gars, allez !!..." je lui balance les notes en essayant de le rythmer sur l'accèlle, pour augmenter la cadence au max.

TOP !!.... ARRIVEE !!...

Une belle spéciale, avec du déchet mais une très grosse attaque. Le point stop, nos yeux se rivent sur le panneau des temps. Moi à mon chrono j'ai 8'20"5; le commissaire me redonne mon carnet de pointage avec 8'20"2.

 Bien, MAIS EUX !!... COMBIEN ? 8'26"00 !!... nous lui mettons 5"8 au pépère !!....

Compte tenu de notre calvaire d'hier, "la bête y revoit d'un oeil" comme on dit en Normandie.

 Un peu plus loin, Jean Paul est arrêté le long de la route. Manifestement il ne connait pas notre temps, et nous fait savoir qu'il a roulé très fort et frôlé la catastrophe à deux ou trois reprises. Christophe lui explique que nous aussi, et je lui montre avec mes 6 doigts l'écart entre nous, sans lui signifier qui a été le plus vite. Persuadé d'être aussi dominateur que la veille, mon JPaul déclare " Je vous en mets 6?" Et là fier de notre coup "Non Jean Paul, nous on t'en mets 6 !!...".

Vous allez peut être nous prendre pour des gosses dans notre façon de nous exprimer, mais à ce moment précis j'ai eu le sentiment, même si il restait encore pas mal de kilomètres à parcourir, d' avoir pris l'accendant sur notre ami. Pour preuve, il a fallu que je lui montre mon carnet pour qu'il admette les faits : Nous venons de revenir à 10"6 du scratch. Derrière la bagarre est à tous les étages; VERICEL tient sa troisième place CHAMBON suit, GUIGOU et BOUHOT se battent à coup de dixièmes.

 DEUXIEME ATTAQUE.....

 Comme espéré, voire envisagé pendant le trajet qui nous emmenait vers le départ de la une, nous venions de revenir dans la course. Mais comment allait réagir l'équipage de l'autre 206 WRC au couleurs SHARP, BOURGOGNE REPRO. Comme un animal blessé, donc encore plus dangereux, il fallait s'attendre à une réaction d'orgueil de champion en titre qu'il est. Mais qu'importe, nous voulions enfoncer le clou, et continuer sur ce rythme en prenant cette spéciale comme nouvelle référence. Oublier hier, et ATTAQUER encore.

 Histoire de nous conforter dans cette spirale positive, je me suis permis un :

" il peut nous faire un p'tit cadeau ?!!....." et immédiatement la réponse de Christophe fuse :

" Nous aussi on peut en faire une !!...." Comme par superstition, conjurer le sort, comme ci je venais de faire appel à l'aide du destin.....

" Mais je sais qu'on peut en faire une de connerie, mais justement, nous, nous devons contrôler au maximum ce genre de chose, la faute nous est interdite." avant d'ajouter : " Non, ce que je veux dire, c'est que JPaul que je connais pas mal maintenant pour avoir rouler presque 10 rallyes avec lui, est capable sous la pression, de se louper sur une petite épingle......je ne lui souhaite pas, mais ça peut arriver, et si ça arrive, nous n'allons pas cracher dessus !!!....." Et dans un soupir :

 " Mais nous pouvons gagner sans "ça"!!... "

Au départ justement, nous y sommes. JPaul redécolle comme un fou parti pour faire exploser les chronos. A NOUS !!!..... Bon départ dans une partie large et rapide pour ce premier kilomètre.

Dans la zone neutre de 3 minutes avant de prendre le départ, quand l'heure est grave, je fais revisiter de mémoire tous les endroits stratégiques et piégeux de la spéciale à Christophe, afin de mettre le doigt sur les éléments importants du chrono; une sorte de mise en place avant l'assaut. Et justement après ce premier kilomètre, alerte !!...

Un gros freinage avec un droite 50 en changement serré E3 (lire étroit)  (à ne pas confondre avec le : D50 en chgt 16 (lire droite 50 en changement très étroit)) sur des gravier très glissant et ça pendant 500 mètres... là je peux vous dire qu'au milieu des notes le

 " pas de faute, pas de faute !!...."

 si je ne l'ai pas dit 20 fois, je ne l'ai pas dit.....

 Sorti de cette partie piégeuse, nous reprenons une portion que nous connaissons bien sur environ 6 kilomètres, et là mon Chris se lâche sans retenue, et ça défile...

Nous ne sommes pas encore au maximum des possibilités sur certains passages, tant nous ne voulons commettre la faute éliminatoire. Après la traversé du village de CHARMES nous rentrons dans un bout inconnu pour nous en course. Rapide sur un kilomètre avec au bout une épingle droite très serrée, sale et étroite.

ATTENTION ICI !!.... OUFF PASSES !!!!....

Et re 300 mètres étroits et rapides avec pour ponctuer, une nouvelle épingle gauche cette fois, plus large et surtout du bon grip pour relancer; là, le public extrêmement nombreux est en délire. J'ai le loisir à ce moment, de le voir toutes mains dehors poings levés; c'est tout juste si je n'entends pas leurs encouragements :

CA GALVANISE !!....

On enchaîne sur une longue bosse, puis une cuvette en ligne droite de 300 mètres dans DULPHEY, pour un freinage très appuyé sur un changement de direction à droite en angle droit. Ici, mon Chris est superbe d'efficacité et d'assurance.... en résumé il maîtrise...

 Si je vous ai décrit cette portion de la spéciale, c'est que le rallye a presque choisi son vainqueur sur ce kilomètre.

Avant de revenir dessus, je termine les 5 Kms du chrono restant. Tout ce qui reste est du connu pour nous; toujours à l'attaque, nous nous efforçons de maintenir le rythme élevé, et dès que je sens la possible hésitation ou levée de pieds de mon pilote, j'assène un "ALLEZ, ALLEZ à BLOC !!! CA PASSE !!...." Histoire de lui confirmer que c'est à fond.

- "Non, Non, Non !!!!..... Je ne suis pas un taré qui crie tout le temps A FOND !! A FOND !!  Sans être sûr de son coup ; PPPPFFFFFF !!!!!......"

Donc, le final avec un des plus beaux passages du week end : la traversée de BOYER sur la petite place du village, tout en glisse, sur de longs mètres UN REGAL !!...

Les derniers piège à éviter: le petit pont de POUTOT et la ligne d'arrivée qui se termine par un gauche très ferme où on peut se mettre dehors une fois la spéciale bouclée. Ca ferait désordre, mais c'est déjà arrivé...(pas nous, et justement, que ça reste ainsi !!!).

Et les temps dans tout ça ??

Nous 8'25"30.

JPaul 8'46"90 !!....

21"6 sur un peu moins de 16 kilomètres. Que c'est il passé ??

 Je ne voudrais pas faire le devin de service, ou le jeteur de sorts mais le "je m' suis loupé dans la première épingle de DULPHEY" est arrivé!!..."

Jean Paul, un peu désabusé nous explique son passage et les nombreuses secondes perdues dans cette mésaventure.

"- J'attaquais, j’arrive prudemment sur l’épingle, un peu trop peut être?, je manque de vitesse au moment de câbler...... et je calle !!".

 Là, je connais la procédure : sur la 2003 si tu ne fais pas les gestes dans le bon ordre ça peut coûter cher !!! Si en plus tu paniques un peu, c'est très cher. De plus, il nous explique que le nez de l'auto est devant le talus. Il faut passer la marche arrière, manoeuvrer, bref la galère.... Maintenant combien ont il perdu? 15 ? 20 secondes ? Difficile à dire. D'après JPaul, ils auraient laissé filer une vingtaine de seconde; si un lecteur était à cet endroit, il nous le dira. Toujours est il que nous passons d'un débit de 10"6 à un crédit de 11"00. Nous les prenons sans discuter, et en plus refuser un cadeau c'est impoli.....

Ne pensez pas que je chambre, car même si j'aime ça, ça n'est pas le cas. Ce que je subodorais est arrivé. Peut importe le moment, mais là en plus ça enfonçait le clou... et moralement ça touche les deux.... eux dans le mauvais sens, nous forcement dans le bon.

 Après le refuelling de la cave de LUGNY, nous avons un petit répit d'une douzaine de minutes avant de nous lancer dans la dernière spéciale du 1er tour. Le temps de faire le point sur le carburant, la bagarre derrière, et l'état moral de nos adversaires directs. JEAN et SERGE sont au rendez vous avec les fûts de carburant. Je leur donne les nouvelles du classement, mais pour eux, aussi dévoués pour Christophe que pour Jean Paul, l'ordre importe peu. Leur seule satisfaction est :

 Que les deux voitures soient sur le podium.