UN CRU QUI RESTERA DANS LES ANALES

Dans une région où le vin participe pour beaucoup à sa renomée, la présence du champion de France des rallyes 2007 en Bourgogne au DIJON COTE D'OR 2008 en aura fait de même pour le rallye et la réussite de cette édition.

Nous nous préparons comme d'habitude depuis maintenant trois saisons à l'affrontement amical avec Jean Paul GROHENS sur tous les rallyes de la région. Ce duel est la plupart du temps arbitré par un ou plusieurs concurrents qui rendent la course encore plus attrayante.

A DIJON en général, c'est Dany SNOBECK qui joue ce role, de fort belle manière du reste puisqu'il l'a remporté en 2004, mais qui n'était pas engagé cette année car après avoir été le vainqueur surprise (mais mérité) du rallye LYON CHARBONNIERE il y a un mois, il se retrouve en tête du championnat de France et défendra ses chances lors de la seconde manche en Alsace.

Depuis deux semaines, je savais qu'il y avait la possibilité qu'un invité de dernière minute vienne arbitrer ce match. Vous allez me dire que d'autres pilotes peuvent aussi jouer ce role... et je suis d'accord avec ça. Mais sans faire injure au talent reconnu depuis bien longtemps de Daniel FORES et sa 306 MAXI, ou Jean Marc LASSELIN et sa Compact, la différence de niveau de performance de leur monture respective, ne leur permette pas de venir, à la réguliére disputer la première place. Donc qui avec une WRC allait venir brouiller les cartes et l'ordre du podium 2008?

 

CUOQ AU DEPART

Tout simplement le champion de france en titre: Jean Marie CUOQ. Dans l'attente d'une autorisation administrative pour pouvoir rouler*, Jean Marie m'avait laissé entendre que sa venue était possible si le document arrivait dans les temps. Coup de chance pour les organisateurs, le sésame parvenait à la fédération française du sport automobile le mercredi précèdant l'épreuve, les spectateurs bourguignons allaient pouvoir aprécier le talent du pilote ardéchois.

Depuis notre rencontre au rallye des vins MACON en 1999, des liens d'amitié se sont tissés entre nous et nous sommes toujours restés en contact en essayant dès que l'occasion se présente, de rouler ensemble (j'ai eu l'occasion de partager le baquet de droite dans la 306 MAXI lors du rallye des noix 2005 avec JMarie....un sacrès souvenir... je vous ferai un petit truc la dessus si vous le voulez!!). Je pense que d'autres rencontres auront lieu au court de cette saison**, peut etre dès MACON dans 10 jours si tout se passe bien pour le clan ardéchois engagé le 16 et 17 mai du côté de La CIOTAT au rallye de la sainte baume.

"C'EST PAS GAGNE !"

Après des reconnaissances communes et nos vérifications effectuées, la course pouvait commencer. Sous un soleil estival, les premiers à s'elancer du podium devant le palais des sports dijonnais sont les vainqueurs de l'édition 2007 Jean Paul GROHENS et Eric TREIK et la 206 WRC 03.

A DIJON les organisateurs ont l'habitude de faire partir les premiers concurrents dans l'ordre d'arrivée de l'année précédente. Donc en second, Daniel FORES ; Aurélien PETITNICOLAS et la 306 MAXI, Joel JUIF qui à fait l'aquisition d'une Lotus exige GT et Jean Marc LASSELIN et sa BM COMPACT sont engagés mais non partants, c'est donc la 307 WRC de CUOQ/GACHER qui s'élancera en troisième position suivi du surprenant BOUHOT (5ème l'an passé) et sa 106 MAXI et enfin Christophe VAISON et votre serviteur sur notre toute nouvelle 206 WRC 2000. Venu pour la première fois à DIJON, le sympathique pilote CH'TI Jean Jacques LEBRUN ( le vainqueur de la finale annuelle des rallyes à NANTES en 2006) et sa Toyota Celica s'élance après nous et peut lui aussi brouiller les cartes du podium.

 

Entre d'un côté, la connaissance du terrain pour VAISON et GROHENS, et de l'autre une faculté d'adaptation hors pair quelque soit le terrain pour CUOQ font pencher les suffrages en faveur du champion de BOREE, mais les bourguignons sont bien décidés à défendre leur chance.

                                                           

ES1 : 21,7kms, première surprise c'est Jean Paul qui tire le premier ( 10'07"70) et devance Jean Marie de 8 petits dixièmes nous sommes derrière à 6"3. Le pauvre pilote nordiste Jean Jacques LEBRUN doit renoncer dès le début sur un problème mécanique. Derrière comme je vous le disais un peu plus haut, BOUHOT surprenant avec sa petite 106 F2000 devance Daniel FORES et sa 306 MAXI empreint à des soucis de frein, de 12"6 tous les deux respectivement à 26"4 et 39" du leader.

ES2 : 7,7kms, premier coup de théatre! JP GROHENS toujours perturbé dans cette spéciale par le passage des deux épingles de BUISSON cale et laisse échapper d'après les spectateurs sur place 26"; résultat il termine la spéciale en 9ème position à plus de 33" du nouveau leader JM CUOQ qui remporte cette spéciale 1 seconde devant nous. Daniel FORES toujours avec ses problèmes de frein est encore devancé par Etienne BOUHOT de 12".

ES 3 : 10 kms, toujours très brillant et à laise dans ce chrono, Jean Paul fait parler sa connaissance du terrain et scratche à nouveau devant CUOQ (à 1"1) et nous (à 4"2). Derrière FORES reprend un peu de temps sur BOUHOT dans une speciale qui monte beaucoup.

Bilan à l'issue du premier tour : Jean Marie en tete avec 9"6 sur nous et 31"5 sur Jean Paul; ensuite BOUHOT et FORES à déjà 1'6"30 et 1'22"10. plus loin le 6ème est à 2'7"90. Manifestement le rallye va ce jouer entre les trois WRC puis les deux suivants en embuscade pour un podium si devant ça casse.

Jean marie parti dans le premier tour avec des pneus usagés, est surpris du rythme des deux 206. Jean Paul auteur d'un beau debut de course est bien sur déçu des précieuses secondes abandonnées dans la 2. Sans cette péripétie il serait vraissemblablement intercalé entre JM et nous. Mais rien est fini pour lui...

PREMIERES BANDERILLES

Le programme du rallye de DIJON est simple. 3 spéciales à faire quatre fois chacune. deux tours le samedi et deux tours le dimanche. Donc facile pour mémoriser, et Jean Marie de la mémoire il en a !! vous pouvez lui faire confiance!!... après un regroupement d'une heure et une assistance bienfaitrice pour voitures et équipages, tous le monde sur le pont pour le deuxième tour. L'ardéchois prépare son attaque.... Là, dans notre tête, c'est clair que tous le monde va envoyer du lourd. Avec Christophe, pas besoin de long discours, un seul regard suffit pour comprendre que si on veut rester dans la course, c'est Banzai..... nous connaissons des petits soucis de différentiel, mais rien de bien méchant qui pourrait justifier un handicap sur nos collègues; Le VAISON il se lache grave dès le départ de la 4. Avec mes temps intermédiaires des années précédentes, je sais que nous perdons du temps dans la section 1 de la spéciale (du départ à Detain), ou plûtot, nous ne sommes pas assez incisifs; alors avec plus d'attaque et des freinages repoussés au plus juste, nous avalons les 5 premiers kilomètres avec un boni de 5 secondes. 1 au KIL....à ce rythme nous allons claquer un temps c'est certain, mais bon il reste 16 bornes à se coltiner.... et dans la partie suivante ça gaze déjà pas mal alors nous mettre une seconde au kil sur notre passage précédent me parait suréaliste, mais "le frisé" à côté de moi, il en remet.... Le passage sur le plateau après Détain est litéralement avalé (220 km/h). La descente sur Bouillant : une tuerie!!....la remonté vers le changement de Bécou : efficace; puis le plat et la plongée vers la compression d'Antheuil : Mon dieu il est fou !!... et à partir de là : IL EST MALADE.....la route large comme la voiture, en 6 dans le bosselé.... mais qu'est ce qu'il a ? il est barge ? mais bon je baisse la tête comme ça je ne vois pas !!....par contre mon bassin et mes hanches sont mes yeux... ehh j'ai pas dit mon ventre !!!...... et je sens un fragment de seconde la voiture se dérober, et dans la note suivante de lui lacher un " Calme, CALME !!!" c'est déjà l'épingle du crucifie : 9'03" hum... miam miam !! ça ne devrait pas être mal en bas !!

Et là surprise.... la route plus large c'est concidérablement dégradée, ça glisse plus, donc prudence.... nous ne voudrions pas faire une SNOBECK (expréssion malheureuse, devenue célèbre depuis 2005 quand Dany avait pulvérisé la SUB dans l'avant dernier virage de cette spéciale). 10'01"30...loin du record de la spéciale ( Snobeck : 9'55"10) mais 5 secondes plus vite que notre record dans cette ES. JPaul lui sort un 10'06"50 et le champion d'Ardèche attaque le 9 en 9'57"60..... Pas mal l'artiste!!!

Mais même parti avec des pneus usagés, il pensait attaquer le temps du record, et surtout, préparait son coup du dimanche matin...

Derrière FORES attaque aussi et réalise un bon temps de MAXI 10'27" et toujours le surprenant BOUHOT qui s'accroche à ses basques 10'31"30.

ES 5 : dans cette spéciale pas grand chose à signaler....AH si si !! Jean Paul pour la première fois passe les deux épingles sans caller..... résultat un honorable 4'18"90 qui est quand même son record sur ce tracé. Sympa aussi, la visite de Dany SNOBECK, venu saluer les copains sur le parcours et déçu finalement de ne pas en découdre avec nous.

ES 6 : Là JPaul arrache un nouveau scratch à JMarie pour quelques dixième, quant à nous toujours aussi peu à l'aise sur ce chrono nous laissons échapper de precieuses secondes sur le leader et remonter notre camarade d'écurie. Derrière une belle empoignade s'annonce pour la deuxième journée entre FORES et BOUHOT séparés d' 1"40.

MI TEMPS

une belle soirée entres potes au resto va ponctuer cette première journée où JMarie rentre sur le podium du palais des sports en leader.

 1 4 CUOQ Jean-Marie GACHET Philippe PEUGEOT 307 CC WRC 0h39m15s10

 2 7 VAISON Christophe DEZIRÉ Frédéric PEUGEOT 206 WRC  +0'24,90

3 1 GROHENS Jean-Paul TREIK Eric PEUGEOT 206 WRC  +0'50,60

4 5 BOUHOT Etienne ♥ PIREYRE Anne PEUGEOT 106 S16  +2'27,40

5 2 FORES Daniel PETITNICOLAS Aurélien PEUGEOT 306 Maxi FA 7K 0h41m +2'28,80

L'ARDECHOIS EST ORGUEILLEUX....

ES 7 : Fort de ses 25 secondes d'avance sur nous, il ne fallait surtout pas croire que notre copain allait laisser les choses en plan. Faisant assistance commune, nous avons pu rapidement constater que la fraicheur du matin n'allait pas durer longtemps et qu'on n'avait pas besoin d'attendre le soleil pour que ça chauffe..... armée de quatre balles neuves (pneus neufs) la 307 sortait du parc d'assistance avec à son bord un JMarie CUOQ parti pour taper le temps du SNOBECK... les gants aux mains 20 minutes avant de partir et faisant les 100 pas autour des arbres de la salle des fêtes de PONT de PANY, j'étais près à prendre mon téléphone pour conseiller à mon copain SNOBECK de se rendre dans l'église la plus proche et de planter un cierge pour la survie de son chrono.... Mais bon les records sont fait pour être battu..... Sur le routier pour nous rendre au départ, nous échangeons quelques propos avec Christophe. "Je le connais, il pensait que nous ne serions pas aussi près hier, et là il va envoyer !! et le record va tomber tu ne crois pas ?"me dit Chris. Et de lui répondre : "mais tu sais, simplement en roulant comme hier avec 4 pneus neufs ça fait 5 dixièmes au KIL. donc ça va sortir un 9'47"00 !!" avant d'ajouter : "maintenant comment va être la route? sale? faut voir!!!.

Ah BAH on a vu !!....Il nous a planté un beau 9'45"00 en tapant le record de plus de 10 secondes. CHAPEAU !!! Nous nous sommes satisfaits de notre temps 10'03"90, même si nous n'améliorons pas en partant avec des pneus usagés. JPaul suit à quelques secondes 10'06"70. Les deux furieux derrière réalisent des prouesses en descendant les temps à 10'21"00 pour daniel et surtout un 10'23"00 pour la 106 de BOUHOT. Celui là quand il va avoir une 2 litres ça va donner......

ES 8 : les positions sont presque figées au départ de cette spéciale. le trou est fait entre JMarie et nous JPaul derrière est à 20", si nous faisons un bon temps nous creusons sur lui et devant c'est à 40 secondes. Sauf incidents, ça ne bougera plus. Et c'est ce qui se passe....

ES 9 : pas de changement

LE CHAMP DU CUOQ

ES 10 : Celle là est très facile et a déjà été faite, mais c'est le baroud d'honneur de l'Ardéchois. Histoire de nous montrer que c'est lui le patron, il réédite le temps du tour précédant à 6 dixièmes près. Nous, nous callons sur la ligne et laissons échapper 7 secondes :  10'10"50; finalement assez régulier, mais la barre des 10 ça sera pour l'an prochain. JPAUL déroule depuis un petit moment et assure sa 3ème place.

ES 11 : JMarie comme nous est très régulier sur cette ES. JPaul s'oublie à nouveau dans les épingles de BUISSON, et a même failli resté planté là; il met un temps fou à redémarrer.....résultat 30" de perdu.... heureusement il avait beaucoup d'avance sur son suivant FORES qui a réussi à prendre un peu d'avance sur BOUHOT au départ de cette dernière spéciale (17 secondes).

ES 12 : c'est la fête à l'arrivée de cette spéciale où les places sont définitivement acquises. Après une belle bagarre à la bouteille de flotte, direction DIJON pour le podium final et le chant des bouchons de champagne.... Jean Marie CUOQ et Philippe GACHET inscrivent leurs noms au palmarès de ce rallye DIJON COTE D'OR 2008, avec Christophe nous prenons une belle seconde place devant notre ami JPaul GROHENS et Eric TREIK.

1 4 CUOQ Jean-Marie GACHET Philippe PEUGEOT 307 WRC 1h17m23s90

 2 7 VAISON Christophe DEZIRÉ Frédéric PEUGEOT 206 WRC +1'34,90

3 1 GROHENS Jean-Paul TREIK Eric PEUGEOT 206 WRC  +3'06,70

4 2 FORES Daniel PETITNICOLAS Aurélien PEUGEOT 306 Maxi +5'22,60

5 5 BOUHOT Etienne ♥ PIREYRE Anne PEUGEOT 106 S16  +5'40,70