et c'est peu dire...

j'ai pu connaître le temps d'une nuit, la vie des services d'urgences, et je m'en serais bien passée!

C'est courbée de douleurs atroces, pire qu'un accouchement (et Dieu sait que pour le mien, je n'ai rien senti de pareil!!) que j'ai franchi les urgences de la clinique la plus proche de chez moi hier soir à 18H...

Je ne pouvais plus respirer tellement la douleur abdominale était intense, et les crises de spasmes de plus en plus répétées...une sainte horreur...

Là, je me suis vue rembarée par le gentil monsieur de l'accueil, archi débordé, avec 10 personnes en attente au moins, pas de places de libre en lit d'urgence et une panique due à une gigantesque panne électrique le matin même....je tombais bien moi!

Bref, après maintes tagiversations, et mon énervement de douleurs, j'étais de plus en plus pliée en deux, entre deux gémissements incontrolables...je fut finalement transférée sur un lit d'urgence...perfusion d'antalgique immédiate pour calmer la douleur...

Le médecin arriva vers 20H30...apendicite? pas apendicite? il décide de me faire dormir là, sans dose supplémentaire d'antalgique, et de m'opérer dès l'aube si les douleurs persistent....

La nuit fut longue....très longue...

A jeun depuis le matin, j'ai du négocier sec avec une infirmière, pour pouvoir, affamée, grapiller deux biscottes et une compote...ggrr...puis quémander un peu de TV...histoire de passer le temps, la douleur qui s'estompait peu à peu, et surtout les cris/gémissements/râlements des patients alentours...

Vraiment, le milieu médical & hospitalier est vraiment le domaine dans lequel je n'aurais jamais pu travailler....je leur tire mon chapeau...

Au final, après quelques heures d'assoupissement, mon doc a pu se rendre compte que mes douleurs étaient définitivement parties : un scanner, une scintigraphie, et une prise de sang plus tard, le diagnostic tombait donc : colique néphrétique avec expulsion d'un caillau...

Pour le coup, me revoilà de retour chez moi, amorphe, pas douchée, pas alimentée...et lessivée...

Aller zou, au dodo sous ma couette....