Désarmé dans un ciel sans astres
Il est peu commun ici bas d’idoler
Les images sépia jetées aux balustres
Avec dans la bouche un gout dépassé

L’icône d’antan dans ton regard brûle
Ainsi vivent pour toujours tes héros
Ils flottent et te réconfortent dans ta bulle
Les traits t’empêchent de dire ces maudits mots

De ceux où tu te noies toute froide sous la glace
Et croise en errance le regard de narcisse
Dans un beau livre avec deux préfaces
Interpréter lentement dans un petit caprice

Des mots alignés et des images
Tu alternes en vitesse de l’un à l’autre
Les deux règnent dans une aire de partage
Et font de leur histoire la notre.