En mettant peut-être des gants
Nous pourrions jouer sur un terrain vague
Sans crier gare de but en blanc
Découvrir nos sourires autours de tes blagues

De celle souvent racontées aux feux rouges
Nous rions toujours à la face des passants
Sans voir si ici en un rien de temps bougent
Les pétales des fleurs oubliés sur un banc

Les rues défilent vides tels les ans
En grisaille fardées de faibles fissures
Ignorer dans un quotidien transparent
Tags et affiches recouvrent les murs

Le ballon est devenu fluorescent
Pas la peine de le dire j’entends tes pensées
Le tout défile devant toi dans un pas lent
Range tes artifices le monde à changer.