Des syllabes en Charybde s’arriment et déballent
Aux quatre coins arrondis de la barque des sons
En voix d’extinction au passage des ponts
L’amplitude s’effondre, s’en va dans la cale

Au-dessus des larmes blanches, ça drague
Coupe la corde raide trempée d’eau salée
Vétuste embarcation fébrilement pilotée
Par des meneurs couvreurs de terrains vagues

Serpents de mer agités par des lames de fond
Le vent ranime la tempête endormie
Renversé, il suffit de peu pour les voir transis
Dans un espace où la limite demeure l’horizon

Tu rames, avance et l'autre en amont s’éloigne
De nos idéaux ignorés gravés dans le marbre
Au loin tu ne le vois pas mais flotte un tronc d’arbre
Loin des rives saisie à ton tour, gagne.