Dans un soupçon de néant une lumière
Aspire à vivre et dans le brouillard disparaître
Par des lois dictées au tournant d'un laissé paraître
Distancé de peu par ses valeurs et ses manières

Accroché fébrilement à quelques repères
Les courbes des chemins influencent l'orientation
De nos pensées, produits de nos réflexions
Ecrite-là sur des pages virtuelles comme jetées à la mer

Croire tout savoir à l'aune d'une nouvelle ère
Dans un hangar à boue plaqué de faux diamants
Ajusté jusqu'au bout de nos nuits d'amants
Affublées de nos cris réunis en temps de guerre

Terminé les bruits, signe de nos frères
Ensevelis sous la pluie venue d'un seul nuage
Accompagnée d'éclair et maintenant d'orage
Dans le couloir tes pas m'invitent à te plaire

La complainte se répand des mots austères
De nos tumultes viennent les frissons
Sache muette à un moment en faire don
Et dénigre souvent les regards incendiaires.