Les jours raccourcissent déjà!

On vit d’abord dans l’insouciance, et l’illusion d’une Saint-Jean pérenne.
Un matin, réveillé de bonne heure, on attend l’aube avec impatience, mais la nuit traîne encore de longues minutes sur le jardin endormi.
C’est l’été, mais on redoute par avance l’automne.

Désormais on a pris la mesure du temps.

E.M.Août 2013