Hop !

Au presque saut du lit, et avant la ruée du tourbillon quotidien, une gerbe de sensations de tous genres pour pétiller de chaque pore !

Hiver, février suisse avec un (très) jeune homme râlant parce que la météo interdit les descentes à ski...Huit ans quand même le très jeune homme, et un regard qui épluche avec une cruelle et délicieuse insistance les recoins de sa sphère, à géométrie variable bien entendu.

Donc pas de ski, alors Excursion Culturelle dans les environs. Arrivée à la fondation Gianada, à Martigny, un des temples auto-proclamés de l'avant-garde universelle et artistique, quoique policée et disciplinée. En général, la maman, moi, adore. En gros et en détail.

"C'est des trucs de grands ?".

"Mets-toi bien devant et montre-moi le coin du tableau où tu vois le plus de lumière?'. (Période "jeune" de L'auteur, une chaumière dans un champs de fin d'après-midi d'été).

"Bien. Le coin le plus sombre maintenant ? Et montre-moi le chemin de la lumière du sombre vers le clair ?".

"Ta couleur préférée dans cette toile?".

Nous avançons, furetons, reculons et clignons des yeux en coeur. Dans cette cathédrale dédiée à l'art et ses infinies sensibilités et messages, nous passons et repassons devant les rectangles de toutes tailles qui finissent par nous investir.

Fin du parcours, "Biquet" fatigue. Dernière étape devant un panneau géant et magnifique, une 4e et même 5e dimension des couleurs et de leurs rythmes, une symphonie visuelle qui aurait du Beethoven et du Delacroix pour parrains timides.

"Tu as aimé ? "

"On dirait de la musique ! " Répond Biquet entre deux baîllements.

Boutique, cartes postales, livres, posters, guides illustrés. Une carte pour Papa....Du dernier tableau vu dans le circuit.

Tient, Kandinsky était violoncelliste !.....

Et vous ?