Toi toucher doigt moi. Toi savoir moi alien, un peu, pas trop, pas faire peur humain, pas mordre.

Juste regarder trés fort, avec coeur trés gros, pas gros tout seul. Coeur trés gros, pas coeur gros.

Regarder derrière, regarder comment, et à travers. Regarder autrement, sans préjugés, regard vierge à chaque seconde passée où les cônes et les bâtonnets se goinfrent sans pudeur de couleur, de chaleur et de bonheur.

Avec une rage toujours exacerbée dans la découverte de la vision qui ravit les yeux. Dans la recherche, d'abord. Le chemin est discret, parfois secret, qui mêne à cette rencontre sur les traces des images, qui ne sont déjà plus à peine nées.

Alors, rêves ou réalités ? Merlin est mon parrain, je le suis en sachant m'arrêter pour me laisser remplir la tête et le corps par ce qui est autour de moi. Ce que je crois est là, et je décide quand capturer le moment magique que j'accepte.

Moi toucher doigt toi.