Dernier virage..., un jour je vais savoir pourquoi, pourquoi, toujours ce dernier virage... Bref la fille devant a pris la navette pour un vol intercontinental. Elle m'a écrasé. Mon voisin en transit c'est évident, car à cette heure il n'y a aucune autre explication pour l'odeur qu'il évacuait; me désenchantait.
Le meilleur dans cette situation c'est la salle d'attente, car autant à l'aller on s'épie aussi fort qu'à la fin on se fuit.

Cette intensité, similaire dans les deux cas, est bien là le sujet; elle s'applique à qui ? A tous ? Je ne crois pas. Je remarque que les intérêts "intenses" quel qu'en soit les objets : vie professionnelle, vie sentimentale, etc... se cristallisent toujours sur les mêmes êtres, ceux qui cherchent... Ceux qui ont une quête, des buts, là encore quel qu'en soient les natures. Cette intensité se voit sur les visages, s'entend dans les voix; je ne cherche pas à connaître leurs motivations. Elles sont les leurs comme j'ai les miennes, je ne vois que leurs réalités : des beaux sourires, des vrais passions, du relief, ...

Je me sens bien avec eux, je vais arrêter le maraudage entre deux eaux, la baroude, j'arrive...