18 août 2008

Comment avoir toujours 16 ans...

Vous avez peut-être lu ou entendu parler de cette recherche qui a suivi pendant 20 ans l'état de santé d'un groupe de coureurs et d'un groupe témoin de gens qui ne couraient pas. Toutes ces personnes avaient plus de 50 ans au début de la recherche. Les plus âgés des survivants atteignent maintenant le plateau des 90 ans.

Ce qui est intéressant, c'est que le tiers (34 %) des non-coureurs est déjà décédé, mais seulement 15 % des coureurs. Et les coureurs ont commencé à avoir des problèmes de santé 16 ans plus tard que les gens du groupe témoin. Bref, la moitié moins de décès, mais 16 ans de plus sans grave limitation due à la maladie. Imaginez tout ce qu'on peut faire avec 16 ans de vie en santé! Ce n'est pas un petit avantage.

Maintenant, voici ce que les manchettes n'ont pas dit et que vous ne pouvez pas savoir si vous n'êtes pas abonnés aux Archives of Internal Medicine.

Tout d'abord, on ne sait pas si le groupe comptait des hommes et des femmes ou seulement des hommes. On sait par contre que les coureurs faisaient partie d'un club de course à pied. La recherche nous dit aussi que seulement 52 % des coureurs et un mince 36 % des gens du groupe témoin ont pu être suivis jusqu'au bout. Autrement dit, la majorité de ceux que l'on a étudiés a disparu dans la nature. Selon l'auteur de l'étude, ce faible suivi n'invalide pas les conclusions de l'étude parce que les abandons ont eu comme effet de diminuer plutôt qu'augmenter les résultats positifs de l'étude. Mais la principale limite de cette recherche, c'est que les participants avaient été recrutés dans un milieu de statut socioéconomique élevé. Les résultats ne peuvent donc être extrapolés sur la population en général.

Tout le monde devrait faire plus d'activité physique? Certainement! Je n'entretiens pas le plus petit doute sur les vertus de l'activité physique. Une des recherches qui m'a le plus impressionné au cours des dix dernières années en était une sur des rats à qui on avait greffé des cellules cancéreuses. Les rats à qui on a fait faire de l'exercice modéré une heure par jour ont vécu deux fois plus longtemps que ceux qu'on avait gardés sédentaires. Je crois que si on disait aux gens atteints de cancer qu'ils pourraient doubler leur temps de survie en faisant un peu plus d'exercice, on aurait probablement des résultats très surprenants. Donc, 1 à 0 pour l'activité physique.

Mais, dites-moi, combien connaissez-vous de gens qui pratiquent la course en moyenne quatre heures par semaine comme le faisaient les membres du club de coureurs? Quelles conditions permettent de trouver le temps et l'énergie d'avoir une telle routine semaine après semaine, année après année? Je veux simplement souligner que la pratique d'une pareille activité physique exige des conditions favorables, qui ne sont pas à la portée de tous. Parmi ces conditions, je pense que vous ne devez pas être un jeune parent, vous ne devez pas être trop stressé, vous devez avoir accès à un environnement qui vous permet de courir et vous ne devez pas passer trois heures par jour à voyager entre votre maison et votre travail. Il y a, bien sûr, pas mal de gens qui réussissent à intégrer une activité physique vigoureuse dans leur routine, mais il y en a encore plus qui ne le font pas, souvent parce que les conditions pour pouvoir le faire ne sont pas là. Donc, si l'on veut que plus de gens fassent de l'activité physique, il faudra que l'activité physique fasse autant partie de notre mode de vie que l'utilisation de l'automobile, la consommation d'aliments préparés et la contemplation passive des exploits sportifs olympiques huit heures par jour, bien assis devant l'écran de cinéma maison.

Vers le milieu des années 1970, j'ai eu l'occasion de faire de la prospection minière en forêt durant quelques semaines. Un jour, nous étions guidés par un octogénaire de la région qui avait l'habitude de marcher plusieurs heures par jour pour cueillir des petits fruits ou simplement le plaisir de respirer un air pur et d'écouter les symphonies sylvestres. L'endroit où nous souhaitions aller était situé au sommet d'une colline assez escarpée. Ce jour-là, moi qui n'étais qu'au milieu de la vingtaine, j'ai eu honte de devoir arrêter pour reprendre mon souffle tandis que notre guide de 80 ans bien sonnés, noueux et sec comme un vieux sarment, sans un gramme de gras superflu, grimpait la montagne comme un chevreau. Il ne pratiquait pas la course à pied, mais il avait une très bonne routine de marche quotidienne. Et j'aurais juré qu'il avait encore 16 ans.

Pour avoir toujours 16 ans
Fermez l'ordinateur et allez voir le temps qu'il fait.


Références
Running slows the aging clock, Stanford researchers find.
Exercise as a Time-conditioning Effector in Chronic Disease: a Complementary Treatment Strategy, Evid Based Complement Alternat Med. 2004 June; 1(1): 63–70.