Après une nuit de pluie et de grondements du glacier, il est temps de se réveiller pour une journée marathon. Il a plu toute la nuit, et surtout beaucoup de vent, donc pas vraiment reposant. Au moment de plier la tente, je m'aperçois que de l'eau est rentrée dans la tente, et je comprends mieux le pourquoi de la composition du tapis de sol, tout est resté dessous. Ensuite c'est parti pour 2h avec le sac sur le dos jusqu'à Pehoe. A un moment alors que j'ai vraiment du mal, je me fais doubler par le gardien du Campiamento Italiano, avec un sac énorme, et il va à une vitesse qui me met un coup au moral. Finalement j'arrive au refuge, je demande à laisser mon sac au poste des gardiens et je vais finir mes succulentes réserves culinaires avant de partir au refuge Grey. Heu, des pâtes donc, beaucoup, avec de la sauce, un vrai festin..

Il est déjà 12h30, le plan me donne 3,5 h pour aller au Grey, donc 7h aller-retour. Le problème est que le bateau est a 18h...Donc si je ne veux pas passer une nuit pour rien a Pehoe, il va falloir passer à la vitesse supérieure. Au final 2h30 pour l'aller et 2h 10 pour le retour mais rincé comme jamais. Une fatigue comme je n'ai pas connu depuis longtemps, mal partout, du mal à marcher. La dernière heure en courant pour attraper ce bateau. Et sans savoir l'heure, à cause de la pluie qui s'est bien mise en route sur le chemin du retour, du coup pas vraiment pratique d'aller chercher l'heure dans le sac sous le poncho de pluie.

En revanche, encore une fois des paysages superbes malgré un temps moyen. Quand la pluie s'est déclaré,. j'ai pensé que c'était passager, du coup j'ai un peu tardé pour sortir le poncho. Quand je me suis décidé à le sortir, j'étais déjà bien trempé. Et courir avec un poncho, et bien ça n'est pas des plus pratiques. Des fois ça fait même peur aux gens quand ils vous voit arriver au dernier moment derrière eux. Funny...

Sinon ça donnait ça :

Ensuite le glacier Grey commence à se montrer :

Et c'est à ce moment que j'ai commencé à ressentir une grosse fatigue, alors j'ai voulu immortaliser l'instant. Les plus désagréables diront que c'est ma tête de tous les jours (j'aurais pu la faire cette remarque), les autres - mes vrais amis - diront que j'ai 5 à 10 ans de plus sur la photo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite j'ai pu voir le glacier de plus près. En revanche on ne voit que la partie droite du glacier depuis le mirador. La partie gauche est cachée par l'île en plein milieu.

Donc après avoir profité du glacier, il était temps de rentrer et rapidement pour ne pas manquer le bateau. Et c'est peu après que la pluie s'est invité, pour le coup ça rafraîchit. Mais une fois à Pehoe, l'attente du bateau était longue mais longue, je ne rêvais que d'une chose, de retourner à l'hôtel pour prendre une douche, pas pour de suite pourtant. Et quand on se refroidit c'est encore pire. Ensuite bateau, bus, et enfin hôtel avec une bonne soirée avec Omar à nous raconter nos aventures des derniers jours, et enfin un lit, un vrai, une douche avec de l'eau chaude. C'est fou comme on apprécie des choses simples ensuite...

Le lendemain retrouvailles avec Alexis et Alexia, le couple belge, pour un fameux pates-bolognaise, avec en chef Alexis, avec Laurent, un français faisant un tour du monde, qui fait un bout de route avec eux. Et le lendemain le bus pour Punta Arenas....