Ou comment faire de la route, de la route, de la route...

La première difficulté est de passer du coté argentin, il existe 3 routes : une par le nord du lac Buenos Aires, une autre en traversant le lac en ferry de Puerto Ibanez à la frontière à Chile Chico, et la dernière en passant par le sud du lac pour aller aussi à Chile Chico. La route longeant le lac par le sud paraissait selon les guides la plus belle, donc nous décidons de passer par cette route en prenant un bus en direction de Cochrane. Comme pour les hôtels, ça n'était pas encore la pleine saison, donc la fréquence des bus est moins élevée. Autant dans la partie nord du Chili les bus sont nombreux, a l'heure, organises. Autant dans le sud ça devient plus erratique...Donc nous avons demande au terminal un bus pour aller a Chile Chico, Bénédicte a bien demandé si le bus passait par Cochrane. Oui , oui, Cochrane. Et bien c'est pendant le trajet qu'on s¡est aperçu que le bus passait par nord du lac...La route qui nous intéressait le moins, la plus rapide mais la moins attractive sur le papier. Nous avons donc franchi la frontière au nord du lac, mais impossible de quitter le bus et rester en Argentine. Pour savoir ou vont les gens, le deal avec ce bus est qu'il faut faire le trajet jusqu'au bout, impossible de quitter le bus en cours de route. Et les passages de frontières sont interminables, avec le cote chilien et argentin. Et nous avons repassé la frontière au sud du lac pour arriver a Chile Chico. Oufff !! Puis nous avons repris un minibus pour repasser côté argentin pour arriver a Los Antiguos. 3 passages de frontières dans la même journée, 6 si on compte le cote chilien et argentin. Mais enfin nous voilà arrivés en Argentine, plus qu'a rejoindre Calafate.

Et la route par le nord nous a quand même permis de voir des paysages splendides le long du lac d'un vert tellement brillant qu'on dirait du colorant.

Et le premier passage de frontière avec une "fenêtre" sur l'Argentine :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là encore difficile d'avoir toutes les infos dans le village, mais la fille de l'office de tourisme nous donne toutes les infos en passant de coups de fils au compagnies. Gracias. Deux options pour rejoindre Calafate, prendre un bus pour El Chaiten par la Ruta 40, en partant le lendemain matin, donc passer la nuit à Los Antiguos. Ou partir dans la nuit de l'autre coté de l'Argentine, vers la côte, puis repasser vers le sud direction Rio Gallegos, et reprendre un bus pour Calafate. Beaucoup de kms mais d'après les infos que nous avons nous pouvons enchaîner.

Et l'autre qui est aussi longue en durée, mais moins de kms, en attendant une nuit dans ce charmant village...

Nous décidons de prendre la 1ère option et de passer la nuit dans le bus, nous arrivons à 7h du matin à Caleta Olivia et un bus part de Caleta Olivia vers Rio Gallegos à 9h. Donc bueno. Bon je dois reconnaître que je n'ai pas fait attention quand la fille de l'office de tourisme m'a dit 9h je n'ai pas fait préciser soir ou matin. Et oui dans cette partie du pays les bus ne sont pas aussi fréquents...Donc nous avons demander des billets pour partir à 9h du matin, plein d'enthousiasme et de confiance et c'est là que nous avons découvert que c'était bien 9h mais du soir....

Une journée a tuer dans cette charmante ville, un dimanche, pendant l'anniversaire de la ville, et à 7h du matin, le seul endroit ou prendre un petit déj était la station service. Pluie, très froid, que du bonheur et une journée a tuer dans ce bled...On a bien trouvé des occupations en bord de mer mais ça lasse rapidement :

Après avoir assisté aux premiers concerts pour la fête de la ville et pris des photos de la magnifique statue du centre, direction le bus, vite, vite...

Une statue digne du meilleur temps du communisme tout à la gloire et à l'exaltation du travailleur :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite du bus, du bus et du bus dans des paysages désertiques sans reliefs et sans intérêt, la pampa dans toute sa splendeur.

Bénédicte a fait le compte du nombre de kms et du nombre d'heures passées pour faire ce trajet, je ne me rappelle plus de chiffres, ou je ne veux pas, mais ça fait peur....

Enfin nous voilà à Calafate apres presque deux jours...