Cela est certain, on est le 11 novembre en plus. Et pourtant, "entre mes mains le bonheur se faufile" ***

Je n'aurai jamais pu imaginer cela, qu'un jour ça puisse arriver. Le truc qui coince au mauvais moment et qui remet tout en question, alors que pour vous , un début de bonheur imperceptible mais envisageable naissait depuis plusieurs mois. Et pafff...! il y a ce grain de sable qui vient de se mettre dans l'engrenage du ou des projets à venir.

En fait c'est bien simple , la vie doit être un projet permanent, sinon , sans cela tout peut devenir une dérive totale en attendant le sombre naufrage des illusions.

Une seule thérapeutique pourra nous aider à se reconstruire au cas où, et cela en permanence devant l'autl de la positivté. Surtout ne pas se laisser abattre par qui ou quoi que ce soit, car bien sûr la destruction peut être plus ou moins rapide selon votre résistance et surtout bien souvent irrémédiable.

C'est pour cela que le printemps peut même arriver en hiver , il vous suffira simplement de changer d'hémisphère et le tour sera joué. pas utile de demander l'avis de Nestor, il sera de toute façon d'accord... Et puis si le sujet vous parait futile c'est qu'il vous a déjà marqué.

Et bien si après tout cela vous n'êtes pas décoincé, revenez la semaine prochaine à La Marjo, comme d'habitude.

Morale de cette histoire: il n'est jamais bon de changer ses habitudes.


Atelier d'écriture de Plazac chez Claire.
En date du 11 novembre 2014.
Nuages