Je ne vois pas vraiment en quoi cela peut vous intéresser, enfin, une poignée de fidèles peut être...

Mais voilà, je pars une semaine dans une grande maison de campagne avec jardin, balançoires, bac à sable, table de ping-pong, barbecue, poiriers, frelons, meubles en Tek de jardin, coq aux aurores, étendoir à linge extérieur, escaliers en bois, poutres apparentes, chevaux dans le champ d'à côté, piscine à remous en ville, air frais, crottin de cheval, bouse de vache, cheminée, ballotins de foins, gravier, chambres et dortoir, limaçes, lézards, grenouilles affolées, framboisiers, fraisiers, accrobranches à proximité... tout ça, pour moi, c'est un désir fou qui m'assaille, des moments joyeux en pagaille et le bonheur qui me tiraille.

En grande manichéenne qui se respecte, j'oppose toutes ces beautés à ma vie citadine, routinière et grise la plupart du temps, voilà ! Tiens, les vers de terre vont me manquer par contre, il n'y en a pas autant à ramasser la-bas, parce que s'y trouvent des gens qui savent respecter la nature, la dorloter, la chouchouter, l'aimer tout simplement. Pas de misère de papiers jetés au vent, pas de panneaux taggés ou cabossés volontairement, pas de cris d'enfants violentés au quotidien, et les miens seront les plus heureux de la terre pendant un laps de temps devenant indéfini tant nos joies s'entremèleront.

Adieu ! Non j'plaisante, dommage...