Après un samedi ensoleillé à effectuer mon travail, soit 8 heures non stop à garder le sourire, à avoir chaud, à rencontrer des gens souriants, agréables, à se mettre en quatre pour trouver le bon bouquin, à ranger. Enfin on ferme. Nous commençons à demander aux gens de venir vers la sortie ce qu'ils font en terminant leurs discussions avec un voisin rencontré, un autre lecteur : une bonne ambiance feutrée et cosy d'un samedi.

J'ai passé une bonne journée, je suis contente d'avoir fait plaisir. J'aime ça faire plaisir,  rendre service, rencontrer des gens charmants. Une file d'attente petite se forme devant la banque de prêt mais les gens discutent, les mômes sont curieux, que des sourires, des sourires et des sourires quand arrive une femme rondouillette qui pourtant s'habille une taille en dessous, qui doit se teindre les cheveux toute seule. Je n'aurais pas prêtée attention à elle dont la poitrine la devançait si elle n'aurait voulu poser ses livres en passant devant les autres :mes lecteurs ! C'est là que j'ai fait atttention à elle.

 

Je lui demande d'attendre et elle part vers les rayons tandis que nous fermons. Nous continuons de nous occuper d'enregistrer les livres. Je vais une première fois lui dire que nous fermons.  Puis ma collégue et enfin encore une fois moi. Elle leve la tête furieuse et me dit:" je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi séche que vous". Trés attachée à cette idée de service public, je décide de ne pas y prêter attention et lui demande de sortir. En réalité j'ai envie de lui dire que nous sommes ouvert depuis 10 heures ce matin et que nous depuis ces 10 heures, on bosse. Et que oui ça me gave les gens qui arrivent à la fermeture, gens qui n'ont pas de respect des règles. Règles qui nous permettent de vivre ensemble.

Bref, on réussit à fermer. je mets le batiment sous alarme, je ferme les serrures, etc etc. et enfin je regagne ma voiture. Effrayée je voie la grosse dame qui revient, sa visage furieux, elle me demande de réouvrir le batiment où elle a oublié un objet. J'ai pas envie de jouer le fonctionnaire con. Ok elle me fait perdre 20 minutes qui ne seront pas payées, ok on est samedi.

Donc je réouvre le batiment, je retire les alarmes, et je lui laisse le passage et la voila encore plus désagréable. Alors j'essaye de me dire que toute la journée j'ai rencontré des gens chaleureux et agréables mais la réalité est que cette femme m'a touchée dans la quiétude de mon univers. Elle n'avait pas sa place dans mon univers avec sa méchanceté mais voilà nous ne sommes maitre de rien