Étape 13: Kenmer River - Anse de Glengariff

8H30, Le collectif anti Daniel met le moteur en route afin de masquer le bruit de ses ronflements dignes d’un Volvo d’au moins 40 CV. Et nous voilà à prendre le petit déjeuner de l’autre côté de Kenmare River, dans une l’anse de Killmakilloge.

Tout se passe au moteur bien entendu, de quoi faire du courant pour les batteries. C’est encore un spectacle magnifique. Mais je préfère l’autre côté. Le collectif anti Daniel trouve que non. Il y a des parcs à huîtres, le gps portable de Ronan est vraiment très utile dans ces coins là!!

Re moteur, nous remontons vent de face la baie de Kenmare. Pas trop vite et en 1 heure nous avons de quoi faire des maquereaux pour aujourd’hui et pour demain ! Marc descend dans le carré pour faire les filets de marinades. Ceci démontre qu’il commence vraiment à s’amarinader. Je vide le reste de maquereaux que JEF prépare au vin blanc, oignons … Et oui Jeannot, il y a des artistes partout! Il faut abattre afin de mettre le bateau un peu plus à plat. Ceci permet de sortir le plat du four et manger confortablement. Nous longeons les côtes face à l’ouest, sous un soleil de plomb. Nous voyons une vache qui ressemble à un éléphant (avant l’apéro, je précise) Il paraît qu’il fait mauvais en France!! C’est pas croyable pour nous. Puis nous entrons dans la baie de Bantry et nous sortons le spinnaker. Le moteur Eole se met en route et nous avons des pointes à 8,7 nœuds. 1 nœud de moins que le record à battre mais la vitesse du vent est pourtant très moyenne. La baie est longue et nous arrivons dans l’anse de Glengariff à 20H50.

Longue journée… et Julien se précipite dans le carré pour nous préparer un repas simple mais raffiné… un plat de pâtes avec une petite sauce au pistou et du fromage Irlandais. Bravo Julien, c’est super… Mais Marc lui n’est pas resté les bras croisés et nous a préparé une salade de fruit avec une petite sauce à lui… BHV invente le Ricard Bantry. A découvrir au retour.

Ronan arrive royalement à se préparer un kir pèche avec ce que l’équipage Aller a laissé..

Nous sommes en vacances… dans un lieu paradisiaque, une météo incroyable (je n’ai pas porté mes bottes depuis le départ!) (droit de réponse du skipper : Il n’a pas enlevé ses chaussures non-plus !) et demain nous passons le Fastnet. Je dois laisser le clavier car certains souhaitent s’exprimer.. À toi JFG!
 

Salut c’est JFG, dit BHV, qui vous écrit. Petit tour de table avec une question : quel a été le meilleur moment de la journée ?

Dixit JEF : L’envoi du spi, un moment de bonheur, c’est une voile qui fait travailler tout le monde, à bord certes, et aussi à terre, notamment le shipchandler car on a trouvé le moyen de la déchirer un tout petit bout en bas.

Pour Daniel, le meilleur moment fut le repas de midi, avec les maquereaux directement de la ligne au four, puis dans l’assiette, avec tomates, pommes de terre, vin blanc, oignons.

Marc confirme, le spi est bien une voile impressionnante, voire éclatante.

Julien a été impressionné, voir blasé, que la pêche soit si miraculeuse ! huit d’un coup en 3 minutes 30. Les maquereaux sont un peu suicidaires. Est ce soleil qu’ils n’avaient jamais vu depuis qu’ils sont petits alevins qui les rend fous ? Julien a redécouvert le Bolino, le hachis Parmentier noyé ne vaut rien, proche du prêt à vomir. Au deuxième Bolino, il a mis moins d’eau, pas jusqu’au trait, l’expérience doit être notée.

Atyu atyu aty tu, snif dit Marc ??? En clair, il est ému que nous soyons enfin six pour naviguer. Autre spectacle impressionnant, les fous de bassan qui se lâchent de 30 mètres de haut pour pêcher.

Citation du jour : la pluie en Irlande, c’est une légende.

Conclusion : le spi a bien plu, alors que le ciel non. Faux, il a plu ce matin, juste avant qu’on parte. Donc demain, si on peut, un petit coup de bulle autour du Fastnet. La barre a été placée haute..
 Les photos: http://www.ipernity.com/doc/cap-au-large/album/69830