étape 5: pleine mer

8H00: c'est mon tour avec Joël. J'apprends qu'il y a eu du brouillard, en traversant les rails et qu'il y avait 15 à 20 nœuds de vent. Sans moteur, dans le brouillard , croiser des tankers cela n'est pas rassurant. Le soleil est avec nous ce matin. Il va assez vite nous quitter, cacher dans une masse nuageuse qui nous donne un brouillard en pleine journée! Heureusement , le chef Alain a pris une sage décision: aller regarder ce qui se passe en dessous au niveau de l'hélice. Jeannot, notre sportif de haut niveau est sollicité pour plonger..... Mais il ne veut pas, il ne sait pas plonger en dehors de la cuisine! Je me propose à condition d'attendre une heure ou deux afin de digérer mon petit déjeuner. Mais Alain ne l'entendant pas de cette oreille, car peu de vent, du soleil, il faut saisir l'occasion pour savoir ce qui ce passe en dessous. Le capitaine se vêt de la combinaison du faux maigre Ronan, palmes masque et tuba plus le baudrier pour monter au mât. On attache le baudrier avec un bras de spi pour ne pas perdre notre skipper préféré. Ce fût une bonne idée car dans l'eau notre Alain dérive vraiment vite. Nous l'aidons en le tirant vers le milieu du bateau. Il plonge plusieurs fois, réclame le couteau de Ronan et assez vite s'arrête pour souffler. Il replonge encore une fois et détache un bout de filet pris autour des palles de l'hélice. Alain va se jeter sous une douche bien chaude, la mer était à moins de 14 °C. On met le moteur en route, marche avant et tout repart normalement. OUF!!! nous pourrons rentrer à Kinsale au moteur.
La journée se passe tranquillement, mais le vent tombe. La météo annonçait un vent de force 4 à 5! Nous mettons donc le moteur et cela durera jusqu'à l'arrivée.
Nous passons dans des nappes de brume en pleine journée et le soir la visi devient très bonne. La nuit tombe, étoilée. Je vais me coucher. A 24H00 je prends le quart avec le chef Alain. Nous avons en vue le phare de la baie de Kinsale. Joël et Henri-Noël vont se coucher et nous les réveillerons dans 2 heures pour qu'ils voient l'arrivée sur Kinsale. Alain me donne la barre et nous suivons le phare directionnel du port. C'est la découverte de l'Irlande. Une odeur de terre surgit. La terre est bien là.... Nous suivons le chenal, il est assez tordu, mais bien marqué. Nous arrivons tranquillement dans la marina. Alain nous trouve rapidement une place. Il prend la barre car je ne me sens pas capable de le faire ... Une fois au arrimés, CHAMPAGNE!!! Notre sportif de haut niveau se sent revivre. Le Ruinard lui délie la langue, lui fait redevenir italien avant tout!
4H00 du matin, tout le monde au lit.

Les photos: www.ipernity.com/doc/cap-au-large/album/68434